Vampire Knight RPG
Vous êtes la/la bienvenu(e) sur ce forum RPG dédié au Manga "Vampire Knight" de la célèbre Mangaka : Hino Matsuri et qui s'en inspire.

Il reste beaucoup de personnages de la série qui sont à prendre, les personnages inventés sont les bienvenus également !

N'hésitez pas à consulter notre liste de prédéfinis !



Bienvenue dans cette école avec deux classes totalement différentes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kairi Tsuki
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
avatar
Féminin Messages : 1622
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Chargée de discipline
Humeur : Tu veux vraiment, vraiment pas savoir.

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Tsuki Kairi
Armes [2 Maxi.]: Voix..? Rien
Relations:
MessageSujet: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Mer 21 Aoû - 3:24

Une nouvelle journée.

Encore une. Son réveil fut brumeux. La veille, elle avait parlé avec un homme important, un sang pur, le plus puissant de tous, Kaname Kuran. Ce n’est qu’après coup qu’elle s’était rendu compte de l’insolence qu’elle avait eu envers un membre de son rang. Pour elle, avant cette nuit, il était un élève ordinaire de la night class avec un peu plus de pouvoir que les autres puisqu’il portait le titre de Chef de pavillon. Mais non, c’était encore plus que cela. C’est simple, si les vampires avaient un Dieu, ce serait lui.

Sa conversation lui avait néanmoins permis une chose. Recentrer ses idées. Ce pour quoi elle était entrée à l’académie malgré le désaccord de ses parents : soutenir le directeur dans son utopie. Celle de faire des vampires des êtres reconnus de la société, non comme des monstres, mais des personnes. Pouvoir relier les deux « espèces » que sont les vampires, et les humains.

C’est pourquoi, en se levant elle se sentit un peu plus forte. Sa volonté s’était renforcée, et elle n’était plus effrayée par la missive que ses parents lui avaient envoyé. Elle se dirigea vers son bureau, son pyjama sur les épaules, elle attrapa l’enveloppe.

Enfin… Plus effrayée… Un peu tout de même… Elle reposa la lettre en soupirant.


-Peut-être plus tard.

Une douche plus tard, et l’enfilement de son uniforme, elle retourna à son bureau. Ouvrant le deuxième tiroir en partant de la gauche, elle récupéra son insigne de chargée de discipline: son brassard qu’elle fit tenir sur son poignet gauche. De couleur blanche, le symbole de l'académie que l'on pouvait voir sur chaque fenêtre, teinté en rouge. La reconnaissance des chargés entre eux s'effectuait par ce biais: afin d'éviter les confusions en pleine nuit et de pourchasser un membre de la même équipe. Elle ne devrait le porter que lorsqu'elle est en fonction, mais le port de ce symbole la rassurait. Personne n'avait rien à en redire.

Ses cheveux tombaient en cascade dans son dos, une fine mèche blanche recouvrait le côté droit de son visage de poupée. Son regard pourpre s’arrêta sur le cachet de la lettre, elle venait directement du bureau de l’association des hunters. Ses parents poussaient le vice jusqu’à ce point.

Elle l'attrapa négligemment en détournant le regard, la froissant pour la faire tenir dans la poche de sa veste noire aux traits blancs. L’uniforme typique de chaque élève de la day class qui lui allait toujours trop grand.

Sa veste boutonnée, elle se rendit en cours, un cahier, un livre, et un stylo tenaient entre ses bras croisées sur sa poitrine.  Le cours fut le plus rapide qu’elle ait eu à endurer depuis le début de son parcours. Probablement dû au fait qu’elle avait décidé d’ouvrir la boîte de pandore à la fin de celui-ci.

A la cantine, laissant son plateau intact sur la table, accompagné de ses affaires scolaires, elle se laissa guider par ses pas en direction du parc de l’académie. Les bras libre, le seul sentiment d'avoir un poids dans la poche. Passant près du lac, elle s’aperçut qu’il attirait de nombreuses personnes pour déjeuner. Probablement des élèves externes qui improvisaient un pique nique armés de leurs paniers repas… Serrant la mâchoire, ignorant les regards que quelques élèves pouvaient lui porter, elle se décida à marcher un peu plus loin, dans un endroit où elle n’était encore jamais allée. Les élèves de la day class parlaient toujours autant dans son dos, la fameuse rumeur "elle est chargée pour s'approcher des beaux mecs!" régnait en maître dans les esprits de toutes les jeunes filles idiotes de l'académie. Qui ne manquaient de le lui faire parvenir.


La forêt.


Les arbres se ressemblaient tous, ce n’était pas bein compliqué, un tronc, des feuilles, un tronc, des feuilles… Des buissons, de l’herbe, de la terre, des troncs une feui… Euh, des pierres… Et enfin, écarté de toute civilisation, des branches sauvages entrelacées obstruant le passage de la lumière… Le lieu idéal, à l‘orée de la forêt. Un lieu où elle ne sentait plus aucun regard. Celui où elle se retrouvait seule. L’endroit idéal. Pour affronter un danger inconnu en l’apparence innocente d’une lettre.

Les mains tremblantes, elle la récupéra. La décacheta et inspira profondément avant de secouer sa tête plusieurs fois;


-Faudra bien y passer un jour! S’encouragea-t-elle à voix haute de sa voix claire.

Dépliant soigneusement le papier froissé par son transport, elle découvrit une écriture manuscrite délicate à l‘encre noire. Sa mère.


« Kairi,

….blablabla…. Te prierais d’arrêter tes caprices…blabla… Rentrer à la maison… Quitter cette école insensée..blabla… Avons compris que tu étais contre…Pour ton bien…Inacceptable…Renier tes origines…

Je ne le répéterai qu’une dernière fois, rentre à la maison. »


Elle n’avait eu qu’à parcourir la lettre de haut en bas, c’était une lettre similaire en tout point aux précédentes qui avaient finies dans sa poubelle. Ils lui avaient déjà coupé les vivres, elle survivait sur de minces économies et sa volonté. Pourtant, elle n’éprouvait plus de haine contre ses parents. Non.

Depuis son départ du domaine familial, elle avait "mûrit", compris que ses parents n’étaient pas des êtres abjectes, qu’ils avaient uniquement voulus protéger leur enfant. S'y prenant d'une très mauvaise manière. Mais un traumatisme reste un traumatisme. Kairi tremblait toujours en face d’une arme spécialement anti-vampire, elle avait toujours ce sentiment fort pour son ami d’enfance, elle continuait toujours de penser qu’il aurait pu être un jour élève de la Night Class. Oui, elle en était convaincue. Il aurait pu vivre, et trouver un semblant de bonheur. Avec ou sans elle.

Mais, elle ne pouvait toujours pas accepter leur acte. C’était barbare de tuer une personne alors qu’elle ne constituait pas un danger, un acte déraisonnable. De quel droit avaient-ils pu appuyer sur la gâchette pour la seule raison que son nom figurait sur une liste constituée par des personnes qui protègent d’autres vampires selon leur rang? Ou alors, avaient-ils décidés par eux-mêmes? En ce cas, c’était pire.

De quel droit peut-on juger du droit de vie et de mort sur une personne?

La jeune demoiselle déchira la feuille en plusieurs parties, au même instant, un vent fort s’infiltra à travers les troncs, faisant voleter les cheveux et la jupe de la jeune fille, tout en entraînant dans sa course l’enveloppe ainsi que les morceaux de papiers un peu plus loin. Les dits morceaux s’étaient éparpillés, et elle entreprit de les ramasser un à un, aussi fastidieuse que fut la tâche. Elle aurait le mérite de lui faire reprendre ses esprits.

Cependant, elle n’était pas aussi isolée qu’elle le supposait. Ce fut après s’être baissée pour récupérer le deuxième morceau qu’elle s’en aperçue…

_________________
The past belongs to the past ... Journal
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Jeu 22 Aoû - 1:25

Ce matin-là, j’étais rentré assez tard de ma ronde comme à mon habitude. Ne faisant aucunement confiance aux vampires, j’avais tendance à en faire un petit peu trop – pour certains – et à rester debout toute la nuit à chaque fois. Je faisais mes rondes durant des heures et des heures jusqu’à ce que le soleil se lève. Résultat, je ne dormais pratiquement pas. Je ne pouvais dormir la nuit car je me sentais obligé de surveiller ces buveurs de sang au cas où ils craqueraient et décideraient de s’attaquer à un élève de la Day Class. Certes, la nuit ils étaient supposés être en cours. Or, vu que je ne leur faisais pas confiance, je ne pouvais me satisfaire de cette information et me maintenait donc éveillé. Le hic, c’était que je me retrouvais complètement épuisé la journée après.

Forcément, quand on ne dort pas de la nuit et qu’on doit ensuite aller en cours la journée et éviter de s’endormir à l’intérieur, on a tendance à être sur les nerfs. Personnellement, j’étais pire que ça ! Surtout aujourd’hui, je désirais tellement dormir que j’avais tout organisé pour bien me reposer. Je comptais me rendre dans la forêt pour y faire une longue et reposante sieste ! Les élèves de la Day Class ne s’y aventuraient pas généralement. Seuls les Chargés de discipline pouvaient se targuer de vraiment connaître les lieux. Après, certains vampires devaient aussi connaître cette forêt comme leur poche mais bon, c’était une autre histoire ça. Ce que je voulais dire, c’était qu’il y avait peu de chance qu’on me dérange là-bas. De plus, même si je dormais trop longtemps et oubliais de me réveiller à temps pour aller en cours, je pourrais toujours dire que je m’étais perdu. Les profs n’avaient absolument aucune raison de ne pas me croire. Surtout que c’était une excuse plus que crédible. Le tout, c’était de ne pas mentionner un certain mot commençant par « V ».

Et oui, ce terme était tabou ici. On devait garder le secret de leur véritable identité. Tout ça pour éviter la panique générale. Aucun intérêt ! Et puis, vu comme les filles de cette Académie étaient aveuglées par le physique étincelant de ces créatures, j’étais certain que ça ne leur ferait ni chaud ni froid. Être à ce point aveuglé par l’apparence physique, il n’y avait vraiment pas plus débile. Et naturellement, c’était le sexe faible qui se faisait avoir ! Décidément… On devrait limite leur interdire l’éducation. C’était du gâchis que de se casser la tête à leur apprendre quelque chose alors que tout ce qu’elles savaient vraiment dire, c’était « Kyaaaaa » avec une voix suraigüe… Franchement, le plus simple serait de les éjecter d’ici à coup de pied dans le derche ! Moi qui ne supportais pas les vampires et mettais un point d’honneur à les contredire, j’étais certain qu’eux-mêmes devaient en avoir ras-le-bol de ces groupies…

Quoiqu’il en soit, je m’étais rapidement préparé dans ma chambre pour aller en cours. J’avais ensuite serré les dents et lutté, durant ce qui m’avait paru des siècles, pour ne pas m’endormir. A la fin de celui-ci, je m’étais aussitôt précipité à l’extérieur et j’avais foncé droit devant en direction de la forêt ! Sans même regarder où j’allais, mes pieds m’avaient mené là où je désirais me rendre : l’orée de la forêt. J’étais pile au bon endroit pour siester. Suffisamment loin pour qu’on ne vienne pas me déranger, et suffisamment prêt pour ne pas avoir à marcher trop longtemps sur le retour. De plus, la lumière ne filtrait pas beaucoup ici, ce qui me permettrait de ne pas être gêné par celle-ci pour dormir. M’adossant donc à un arbre, je fermai les yeux et m’assoupis aussitôt sans aucun souci.

Alors que je dormais tranquillement, je fus réveillé par un drôle de bruit. Celui-ci m’irrita de suite au plus haut point ! Je ne savais pas ce que c’était, mais le truc ou la personne avait tout intérêt à avoir une excellente raison de le faire ! Non seulement je n’avais pas rempli mon quota de sommeil, mais en plus le bruit se poursuivait. Je me levai donc et compris rapidement ce qui était à l’origine de mon réveil. C’était une femelle ! Je l’avais déjà vu quelque part en plus et là elle se donnait en spectacle avec le vent qui soulevait sa jupe. Pathétique… Je vis alors tout plein de petits bouts de papier s’envoler ainsi qu’une enveloppe. Alors c’était donc ça ce bruit : elle s’était amusée à déchirer une lettre en plusieurs morceaux !! Ne savait-elle pas qu’il y avait des gens qui dormaient ici !! C’était une forêt !! Pas un stand de lecture !! Les gens dorment dans les forêts ! Ils ne lisent pas ! Tout le monde sait ça ! Pourquoi pas elle ? Alors qu’elle se baissait pour ramasser un second morceau, je fis un pas en avant, me retrouvant ainsi à quelques mètres derrière elle.

« Tu sais…ce n’est pas parce que tu me présentes tes fesses que je vais oublier le fait que tu m’as réveillé pour du papier… »

Toujours soigner ses entrées en matière. C’était l’une des premières choses que l’on apprenait lorsque l’on se formait pour devenir un véritable hunter. Avançant alors de quelques pas, je fis mine d’aller droit sur elle tout en lui jetant un regard glacial avant de la contourner et d’aller ramasser l’enveloppe. Certes, je n’étais pas content d’être réveillé. Néanmoins, il était possible que je trouve mieux à faire maintenant que j’étais réveillé. C’était la raison pour laquelle je m’étais aussitôt dirigé vers l’enveloppe pour savoir d’où elle venait. Apparemment, c’était à cause de cette lettre que j’avais été coupé dans ma sieste. Elle avait choisi de venir la déchirer dans cette forêt. Allez savoir pourquoi. Moi, en tout cas, je voulais savoir pourquoi. Je voulais découvrir qui était à l’origine de l’interruption de ma sieste si méritée. Refermant l’enveloppe pour observer le cachet, je m’aperçus tout de suite que je le connaissais : c’était celui de l’Association des Hunters. Ah non ! Pas elle ! Manquerait plus que ça ! Je n’avais qu’un moyen de vérifier en fait. Lui montrant l’enveloppe que je tenais à la main, je la regardai droit dans les yeux et lui demandai le plus sérieusement possible :

« C’est quoi ton nom déjà ? – histoire de pas donner l’impression que je l’avais complètement zappé, je tentai de faire jouer ma mémoire à voix haute – Je crois me souvenir que ça rime avec Kiki…je me trompe ? »

Jamais je ne m’étais adressé à elle aussi sérieusement. Quoiqu’il en soit, connaître son nom me permettrait de savoir si cette enveloppe et ce cachet lui étaient bel et bien destinés ou si c’était une erreur. En tant que hunter, j’en connaissais beaucoup. De plus, vu que je respectais énormément ce statut, j’avais tendance à retenir les noms de tous les hunters que j’avais déjà rencontrés. Ainsi, si cette lettre lui était bien adressée, cela voulait dire que je connaissais son nom et donc sûrement un membre de sa famille. Enfin, normalement je me trompais. Après tout, elle n’avait absolument rien d’une Hunter.
Revenir en haut Aller en bas
Kairi Tsuki
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
avatar
Féminin Messages : 1622
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Chargée de discipline
Humeur : Tu veux vraiment, vraiment pas savoir.

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Tsuki Kairi
Armes [2 Maxi.]: Voix..? Rien
Relations:
MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Jeu 22 Aoû - 22:17

*un petit papier, deux petits pa..*

Iiiiiers… Une attaque ennemie en plein dos.

*Qu’est-ce que?!*

Surprise, elle se redressa d‘un sursaut, la tête rentrée dans les épaules, manquant de tomber vers l’avant, ou vers l'arrière au choix; avant de faire un demi-tour sur elle-même pour se poster face à la personne et ne pas être en "position de faiblesse"... D’abord effrayée par la venue de nulle part de cette voix grave, la signification des propos qu’elle véhiculait lui parvint enfin avec un léger temps de retard.

-Déso.. Hein, attend, mes f… Hein?!!

Elle ne savait même pas ce qu’elle était sensée répondre à ce genre phrase dite avec aisance, elle n’en avait jamais fait l’expérience, et avait presque failli s’en excuser tant le ton du jeune homme avait été naturel. Et puis quoi encore?!
Ses sourcils se froncèrent en suivant l’élève de la Day Class du regard. Sa voix lui avait semblé légèrement familière, et elle comprenait maintenant pourquoi. Tandis qu’il s’avançait vers elle, elle eu du mal à s’empêcher d’émettre un mouvement de recul.

Bon, déjà, il était géant. C’est simple, s’il avait voulu la bouffer, il aurait pu. Et il avait l’air de le vouloir… En prime. Être aussi grand ça devrait être prohibé. Ensuite, ses cheveux bruns et ses yeux noirs, accompagnés de l’expression dure de son visage, elle l’avait déjà vu dans un autre contexte. C’était un chargé de discipline, et pas le plus commode. Shiro Kunimitsu.
Elle était donc immobile et droite, trop droite pour que ce soit considéré comme « normal » à vrai dire. Apparemment, elle venait de le réveiller, mais ce n’était pas un crime puni dans la constitution, du moins, pas encore. Alors elle n’était pas en faute.

Une question s‘impose donc. Récapitulons. Alors, si elle ne risquait pas la mort… Pourquoi il donnait l’impression qu’il allait la tuer avec ce regard cinglant?!! Il la contourna au dernier instant, et elle pu récupérer son souffle là où il s’était coupé. Tournant la tête dans sa direction, elle le vit ramasser son enveloppe, il voulait l’aider à ramasser? Ses muscles se détendirent à cette idée, le choc passait lentement.

Naïvement, elle s’approcha de lui, tendant la main afin de reprendre sa possession.


-Merci…? Affirma-t-elle à voix basse, d’une voix peu assurée.

Il n‘avait pas dut l‘entendre. Elle allait réessayer encore une fois, avant qu’il ne prenne la parole, la figeant à nouveau de son regard ancré directement dans le sien. Cherchant à savoir quelque chose de précis… La raison? Elle n’était pas sure de vouloir savoir, surtout qu’il montrait l’enveloppe comme l’arme d’un crime qui déciderait de la condamnation de l‘accusée. Autrement dit, elle. Qui pourtant ne se sentait pas coupable. Presque… pour des raisons différentes.

Il n’empêche que, si elle aurait pu se cacher ou fuir, elle l’aurait fait. Il venait de ridiculiser son nom de famille, « kiki »… Sûre d'avoir déjà entendu un chien s'appeler comme ça…


-Qui s‘appellerait comme ça franchement…Kairi Tsukik. Tsuki. Répéta-t-elle fermement en espérant qu’il n’ait pas entendu la syllabe en trop qu’elle allait énoncer. Rends-la moi maintenant s‘il te plaît, merci. Répondit-elle le plus poliment et rapidement possible, cachant le faible tremblement de sa voix du à sa nervosité et à l‘aura qu’il dégageait. Elle avait honte, elle avait peur, elle sentait déjà qu’elle passerait un bon moment en sa compagnie… La moindre occasion serait bonne pour retourner là où l'ambiance était moins lugubre, et les lieux mieux habités.

Au moins, il était humain, et elle était bien placée pour savoir que les rumeurs étaient souvent fausses. Peu importait tout ce qu’elle avait entendu sur lui auparavant, elle se ferait bien vite sa propre idée. Dans le pire des cas, il ne l’approcherait plus tant elle était douée pour paraître parfaitement parfaite à chaque première rencontre. C’était un don, dont elle se serait passé. Pour l’instant, elle ne le voyait que comme un gars à l’apparence froide et aux propos déplacés, en plus d'être flippant. Alors, elle était supposée ne risquer aucun danger de sa part. N’est-ce pas?

Soudain elle se rappela un détail. Un léger détail qui invoqua un nouveau frisson le long de son échine et avancer vers lui pour lui retirer la lettre des mains. Ce pourquoi, de son plein gré elle n’avait jamais pensé à aller lui parler.

C’était un hunter, un pur.

Et malheureusement, la provenance de la lettre ne lui était pas étrangère.

_________________
The past belongs to the past ... Journal
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Dim 25 Aoû - 2:34

Je l’avais surprise. Tant mieux ! Je ne m’étais pas non plus attendu à être réveillé une minute plus tôt ! On pourrait croire qu’on était quitte vu qu’elle m’avait surprise et que je l’avais aussi prise au dépourvu. Mais bon, ce serait le cas si on était à égalité, et encore… Entre surprendre quelqu’un qui ramasse des papiers et interrompre le sommeil mérité d’un autre, il y avait tout un monde ! De plus, je ne la considérais en aucun cas comme mon égal. Il suffisait de voir sa réaction pour comprendre que j’étais largement au-dessus d’elle dans la chaîne alimentaire. Elle avait carrément sursauté ! Sursauté ! Qui faisait ça de nos jours ?! Personne. Je ne savais même pas ce qui m’énervait le plus : le fait qu’elle m’ait réveillé, le fait qu’elle ait sursauté ou le fait qu’elle ait tant de mal à s’exprimer. En clair, pratiquement tout chez elle m’énervait ! Pour sa défense, je n’étais pas du tout reposé. Des cernes devaient se voir sous mes yeux en plus, montrant clairement que je n’attendais qu’une chose : le repos. Je ne désirais rien d’autre actuellement. Je voulais juste dormir un peu et récupérer.

L’entendre galérer pour former une  phrase complète m’irrita tellement que mes mains se mirent à trembler. Je luttais. Je luttais contre moi-même. Je ne devais surtout pas céder. Ne pas craquer. Ne pas craquer. Avec tous ces vampires dans le coin, ils le sentiraient tout de suite si du sang se mettaient à couler dans cette forêt… Me concentrant sur ma respiration, je parvins à me calmer alors que je marchais – le regard dur – dans sa direction. Quant à elle, elle se tenait toute droite. Un peu trop droite ? Avait-elle cessé de respirer ou me faisais-je des films ? C’était bien la première fois que je voyais quelqu’un réagir ainsi. Généralement, qu’ils soient humains ou vampires, les gens choisissaient soit de me fuir, soit de se préparer à une éventuelle lutte pour ne pas se laisser intimider. Elle, elle n’avait rien fait de tout ça. Elle avait juste cessé de bouger. Vraiment très étrange cette fille. Ses réactions étaient aussi inhabituelles que sa couleur de cheveux. Au passage, ce n’était pas du tout un compliment pour moi.

Ramassant son enveloppe, j’étais tombé sur le cachet de l’Association des Hunters et m’étais interrogé sur la raison. Pourquoi recevrait-elle une lettre venant de là-bas ? Était-elle une hunter elle aussi ? Autant dire que cette idée ne m’enchantait pas du tout. Pourquoi ? Bah à cause de qui elle était, tout simplement. Tout en elle s’opposait à ce qui faisait un véritable hunter. Je ne la vis pas s’approcher de moi et tendre sa main vers moi. Avec elle, je n’avais même pas besoin de rester sur mes gardes : elle était bien trop inoffensive. Franchement, il suffisait de la regarder pour comprendre qu’elle ne ferait pas le poids contre un simple colibri. Elle-même ne parierait sans doute pas sur elle. Elle était au moins consciente de sa propre infériorité. Rien que pour ça elle méritait une petite récompense, non ? J’y réfléchirais sans doute plus tard. Là maintenant, je devais savoir. Je devais savoir ce que ce cachet faisait sur cette enveloppe. Je lui avais donc demandé son nom afin d’obtenir une réponse. Allez savoir si elle avait compris le pourquoi de cette question ! Si ça se trouvait, elle était passée en pilote automatique et ne savait même plus ce qu’elle faisait ici…

Kairi Tsuki. C’était son nom. Tsuki ? J’avais déjà entendu ce nom. Oui, j’en étais certain maintenant. Je les connaissais. Oui, je les avais déjà croisés à de nombreuses reprises alors que j’accompagnais mon père à l’Association. Eux aussi faisaient partie de ceux prêts à tout pour éliminer le danger. Un couple très expérimenté en matière de destruction de vampires. Maintenant que je la regardais d’un peu plus près, il était vrai qu’elle leur ressemblait. Rien que la couleur des cheveux était la même, et les cheveux argentés, c’était un trait rare. Pour le coup, je ne savais même plus quoi dire. Le potentiel pour devenir un hunter était héréditaire. Cela voulait dire que tout enfant de hunter pouvait en devenir un à son tour. Au contraire, un simple humain ne pouvait obtenir les mêmes capacités, et ce, peu importait l’entraînement qu’il suivait. Penser qu’elle serait dotée d’un tel potentiel me laissait perplexe. Un seul mot me venait en tête pour le coup : gâchis. Oui, c’était du gâchis. Il suffisait de l’entendre parler pour comprendre que ma simple présence la perturbait. Je n’avais rien fait de mal ici pourtant.

« Pourquoi ? »

Telle était la question que je me posais. Le hic, c’était qu’elle était assez vague. La vérité, c’était qu’elle regroupait tout un tas de question. Pourquoi avait-elle reçu cette lettre ? Pourquoi n’était-elle pas une hunter officielle ? Pourquoi réagissait-elle ainsi face à moi ? Pourquoi paraissait-elle si faible ? Pourquoi avait-elle déchiré la lettre en question ? Si c’était parce qu’elle reniait son héritage, pourquoi le reniait-elle ? Bien entendu, elle n’avait pas vraiment de moyens de deviner tout ça. Pourtant, si elle ne me donnait pas d’explication valable, j’allais finir par vraiment m’énerver. Bref, j’allais m’énerver. Je voulais des réponses. Non, j’avais besoin de réponses plutôt. Il fallait que je sache comment elle en était arrivée là alors que, normalement, sa voie aurait dû être toute tracée ! A son âge, elle devrait déjà être parée à éliminer tout vampire croisant sa route, ou au moins ceux dont les noms se trouvaient sur les listes. Elle devrait même posséder une arme anti-vampire. Et pourtant, elle était à des années-lumière d’en arriver à ce stade ! Quel était son problème à cette fille ? Non seulement, c’était une femelle, mais en plus, il fallait qu’elle s’auto-handicape encore plus ! Il n’y avait pas à dire, Kairi devait être l’antonyme de malin !

Voilà qu’elle se rapprochait de nouveau. Arquant un sourcil, je ne comprenais pas trop ce qu’elle cherchait pour le coup. Bien sûr, ça c’était avant qu’elle ne récupère son enveloppe en me la prenant des mains. Je n’avais rien fait pour l’en empêcher. En la récupérant, elle m’évitait de devoir la jeter ensuite dans une poubelle. Sympa de sa part, non ? Ne la lâchant pas du regard, je l’avais donc laissée reprendre son bien sans rien dire. En fait, j’attendais pour commencer une réponse à ma première question. J’étais parfaitement calme pour l’instant, juste impatient. Je ne la connaissais pas trop parce que je n’avais jamais cherché à voir au-delà de ce que je voyais. En même temps, elle ne transpirait pas la curiosité… C’était déjà un miracle que je sois resté si longtemps face à elle sans partir. D’ordinaire, je ne la voyais que lors de réunions entre gardiens. Et c’était pas comme s’il y en avait tant que ça. Me rapprochant alors d’elle, je me retrouvai alors juste en face, mais vraiment juste en face. La différence de taille était plus visible que jamais et je baissai mon regard pour croiser le sien. Et maintenant ? Rien. Je restai ainsi à la regarder, parfaitement immobile. Mon but était de voir comment elle réagirait. Au bout d’une minute par contre, je finis par dire d’un ton plein de rancœur :

« Alors comme ça, t’es supposée être une Hunter… »

Autant la question de tout à l’heure pouvait paraître vague, ambigu et carrément incompréhensible, autant je ne pouvais pas faire plus précis ici. Non seulement, j’étais déçu d’apprendre de qui elle était la fille. Mais j’étais également déçu de son potentiel gâché et de ce que je voyais face à moi : elle semblait être tout le contraire de ce qu’elle devrait être. Et le fait de repenser à ça, encore et encore et encore…oui, ça commençait à m’énerver. Alors que le nombre de vampires ne faisait que s’accroître de minutes en minutes, il me semblait évident qu’elle avait choisi une toute autre voie que celle des hunters. Hmm… J’espérais vraiment – pour son bien – qu’elle ne s’était pas prise d’affection pour ces vampires. Pourquoi ? Simple. Pour moi, c’était juste le summum du crime pour un humain ordinaire. Pour un hunter, je n’avais même pas de terme pour le décrire… Alors, dans quel camp se trouvait-elle ?


Dernière édition par Shiro Kunimitsu le Lun 2 Nov - 15:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Kairi Tsuki
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
avatar
Féminin Messages : 1622
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Chargée de discipline
Humeur : Tu veux vraiment, vraiment pas savoir.

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Tsuki Kairi
Armes [2 Maxi.]: Voix..? Rien
Relations:
MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Mar 9 Juin - 0:00

Ne pas paniquer.. Ne pas paniquer..


Après tout, parler à un autre chargé de discipline était quelque chose de naturel pour elle, il faisait parti de son monde. Il n'y avait absolument aucune raison d'être aussi intimidée par son simple regard. Il l'avait prise au dépourvu voilà tout, sa réaction était donc normale. Ouais bon, elle ne trouvait pas d'autres arguments pour se justifier.

Elle sentait son impatience et sa colère l'envahirent et se démontrer par des tremblements aux mains. Il n'allait pas la frapper hein? Elle l'entendit demander pourquoi.. Sa tête se pencha sur le côté droit en se demandant à quoi il voulait qu'elle réponde.


*Pourquoi tu viens me faire chier? Pourquoi tu pollue la forêt? Pourquoi tu as une lettre pour hunter alors que tu n'en as absolument pas la carrure? Pourquoi je reste en train de te parler? Pourquoi tu as arrêté de respirer?? Oups j'ai arrêté de respirer..*

Elle reprit son souffle le plus discrètement possible et récupéra sa lettre.

Il s'était alors placé juste devant elle. Vraiment, si près que son odeur lui parvenait aisément sans que le vent n'ait à y jouer un rôle. Une odeur réconfortante et rassurante emplie d'une douce chaleur qui aurait pu être apaisante. Aurait pu, car tout cela se trouvait être en contradiction avec la personne qui se tenait en face d'elle! Avalant un peu de salive, elle se décida à lever les yeux vers les siens.

"Ne jamais lâcher un prédateur du regard, la moindre seconde d'inattention serait la dernière"

Il possédait des yeux magnifiques, rare étaient les occasions où elle avait pu les croiser. Ils étaient d'un noir profond, si profond qu'elle s'y perdit la minute entière de silence qui lui imposa. Tout en serrant les poings sur le coup du stress, froissant un peu plus la missive de ses mains moites, elle parcouru les traits fins de Shiro qui se cachaient sous des traits durs et fatigués. Les cernes qui accompagnaient ses yeux indiquaient qu'effectivement il avait du repos à revendiquer. Dormait-il bien? Faisait-il des cauchemars? Ou faisait-il du zèle? Certains gardiens étaient connus pour ne jamais accepté de se reposer la nuit, on les remarquait facilement en classe car ils étaient les premiers à s'endormir et à ronfler bruyamment. Un comportement qui ne plaisait pas à tout le monde, mais Kairi trouvait cela remarquable et essayait de faire de même chaque soir, même si elle finissait par retourner se coucher aux aurores pour profiter de quelques heures nécessaire à son fonctionnement.


«Alors comme ça, t’es supposée être une Hunter…» 

Ses yeux clignèrent pas moins de 5 fois d'affilés tandis que son pied droit fit un léger mouvement de retrait, la faisant pencher légèrement, comme si cette phrase avait été une entité qui venait de la frapper de plein fouet, la faisant reculer! Il l'avait dit avec tellement de rancœur qu'elle se surpris à manquer de s'excuser à nouveau. Il semblait même...déçu... Encore une fois, elle n'était pas en tort, elle se mordit la lèvre inférieure pour se maudire de réagir ainsi.

Ça te pose un problème? Aurait-elle eu envie de répondre, mais il avait frappé en plein dans un sujet sensible. La lettre avait de nouveau ouvert ses plaies, et il venait de jeter un peu d'alcool dessus.
Elle soupira, et ne pouvant soutenir son regard une seconde de plus, se décida à abandonner la lutte et à ramasser les morceaux de papiers au sol. Il s'en irait probablement une fois sa réponse obtenue. Il devait bien sur connaître la liste des hunters présents à l'académie, alors il savait très bien qu'elle n'en était pas une. Se pourrait-il qu'il connaisse ses parents? Que de questions qui embrouillaient encore plus son cerveau...
Depuis quelques temps, elle avait eu l'impression de mûrir, de comprendre le rôle d'un hunter. Même si elle n'acceptait pas tout ce que cela impliquait. Elle s'était mise à s'imaginer en devenir véritablement une, indépendante. Qui ne travaillerait pas véritablement pour l'association. Mais ses parents ne comprendront toujours pas, et elle désirait toujours avidement œuvrer pour un monde où les deux espèces cohabiteraient sans avoir peur de montrer son dos à l'autre.


-Supposée est un terme adéquat. Et jusqu'à il y a peu je n'aurai pas eu envie de te contredire cependant je me suis mise à penser que peut-être je devrais.. Une seconde...

Elle se leva aussitôt relâchant sa tâche de ramassage et se retournant rapidement vers lui et annonça de manière crescendo.

-Pourquoi je devrais me justifier devant toi en premier lieu dis? D'abord tu m'effraies, après tu me fais du har..harce..harcèlement! Et maintenant je devrais tout simplement répondre??

Elle était désormais toute rouge et avait inconsciemment porté les mains à ses fesses dans un vain effort de les cacher aux arbres de la forêts se tenant derrière elle. Elle avait récupéré un peu d'assurance bien qu'elle ne prenait pas encore en compte les conséquences. Des bruissements lui parvenaient de ses mêmes arbres, mais ses cris l'avait empêché de les percevoir plus tôt.

Cette zone de la forêt était beaucoup trop sombre, et le devenait de plus en plus, comment cela se pouvait-il à cette heure de la journée? Il était trop tard, ils étaient encerclés.


-Attention!! Hurla-t-elle à Shiro en se dirigeant vers lui pour le pousser vers la gauche et le faire esquiver, sauf que malgré son corps fin, il était beaucoup plus fort qu'elle et son coup de bélier avait sans doute seulement légèrement chatouillé le concerné alors que le choc de l'impact avait un peu assommé Kairi qui tombait sur ses fesses. Un level E venait de sauter sur lui par derrière et il l'atteindrait dans les 3 secondes s'il ne réagissait pas assez vite!

To my friend:
 

_________________
The past belongs to the past ... Journal
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Mar 3 Nov - 1:27

Je lui avais posé une question. Certes, il n’y avait pas plus vague comme question, mais j’attendais quand même une réponse. D’ailleurs, le plus tôt serait le mieux si elle ne voulait pas m’énerver. Hmm…tout compte fait, le plus tôt serait le mieux si elle ne voulait pas m’énerver plus qu’elle ne l’avait déjà fait. Entre sa décision soudaine de me priver de sommeil, son idée stupide de soulever sa jupe dans une vaine tentative d’adoucir mes nerfs et son manque évident de logique dans ses réactions : elle avait largement dépassé mon seuil de tolérance ! Malheureusement pour elle, qu’elle me réponde ou pas, cela ne changerait rien à sa situation puisque d’une façon ou d’une autre, elle me le paierait ! Si elle restait silencieuse, elle empirerait les choses. Si elle répondait et que sa réponse ne me satisfaisait pas, ce serait également pire. Si elle me répondait exactement ce que je voulais entendre… Bah je serais toujours énervé, donc même traitement. En bref, elle était foutue.

Elle venait de pencher sa tête sur le côté. Vraiment ? Non mais elle se foutait de moi ou quoi !? Et voilà qu’elle me fixait droit dans les yeux… Comment étais-je censé le prendre ? Comme une déclaration de guerre ? Une partie de moi – 99,9% je devais l’avouer – voulait que ce soit le cas. L’autre partie – qui prenait la peine de penser à autre chose qu’à la violence comme solution – préférait lui laisser le bénéfice du doute. Fort heureusement pour elle, il m’arrivait – une fois par décennie – d’écouter cette part miniature de ma conscience, et donc, je choisis de lui laisser une chance de s’exprimer avant d’exploser. Une chose était sûre, ce ne serait pas joli. J’avais déjà un gros problème avec les femelles en général, et je tolérais tout juste les hunters du sexe faible. Alors une soi-disant femme hunter qui refusait de suivre sa voie et d’exterminer des vampires… Autant dire qu’elles étaient limite pires que les vampires à mes yeux, dans le sens où elles ne devraient même pas exister. En vérité, je les plaçai légèrement au-dessus des groupies des vampires sur mon échelle de tolérance… Cette Kairi ne semblait pas comprendre que si je pouvais tuer du regard, je serais déjà en train de danser autour de son cadavre…

Ma phrase suivante le lui fit quelque peu comprendre. Oui, je ne l’aimais pas. Bon d’accord, je n’aimais personne, je supportais juste un peu mieux certains humains que d’autres. Quoiqu’il en soit, elle, je n’avais même pas envie de la regarder. Elle devrait avoir honte. Gâcher un tel potentiel pour se donner un air de victime intimidée par sa propre ombre… Comment pouvait-elle se regarder dans le miroir chaque matin ? Ah la la…si seulement j’avais un sac en papier sur moi, je le lui foutrais sur la tête pour qu’elle se couvre et ne re-pointe jamais son nez dehors !! Un mouvement de retrait ? Ah enfin, voilà qu’elle se résignait et acceptait son rôle : elle m’était inférieure et se devait de me fuir. Hunter ou pas, elle restait une femelle, non ? Et en tant que mâle, je lui étais supérieur. Traduction ? Il était normal pour elle d’avoir envie de reculer face à un être qui la dépassait sur tous les domaines. C’était surtout ses réactions exagérées qui me dérangeaient. Un simple mouvement de recul, je pouvais le tolérer. Son expression ahuri, ses bégaiements et son existence même, ça passait beaucoup moins !

Et voilà qu’elle reprenait son show en se baissant devant moi pour – apparemment – ramasser les morceaux restants de sa lettre. Pff, ridicule. En plus, elle me parlait d’en bas, confirmant mes propos avant de partir dans une description de ses états-d’âmes… Peut-être qu’elle devrait quoi ? Suivre les traces de ses parents ? Réaliser le potentiel qu’elle était censée posséder depuis sa naissance ? Mettre fin à ses jours une bonne fois pour toute pour avoir interrompu ma sieste bien méritée ? Oui, j’étais d’accord avec les trois options, surtout la dernière. Clairement, je ne l’oublierais pas et, si possible, j’aimerais exécuter la sentence moi-même. Après tout, l’exécution pure et simple me paraissait être la meilleure solution. La fessée n’était pas une option parce que – allez savoir pourquoi – j’avais comme l’impression qu’elle se sentirait récompensée et non punie. L’enchaîner au plafond ne me plaisait pas non plus car ça manquait de piquant. La fouetter ? Pourquoi pas ? Le hic, c’était que – comme pour la fessée – elle avait la tête et les réactions de quelqu’un qui y prendrait du plaisir… Or, bien que j’aimais faire souffrir, je n’avais pas envie de lui faire plaisir, et ce, peu importait le nombre de fois où elle chercherait à me présenter son derrière !! Non mais il ne manquerait plus que ça ! Une punition se devait de servir un intérêt et de pousser la victime à me plus recommencer. Donc, si je la tuais purement et simplement, j’étais certain qu’elle ne me réveillerait plus.

Bon, qu’est-ce qu’elle me voulait maintenant ? Et pourquoi s’imaginait-elle pouvoir monter sur ses grands chevaux avec moi !? Pourquoi devait-elle se justifier ? Parce que c’était moi qui posais les questions, tout simplement ! Du harcèlement ? Moi ? Non mais elle avait fumé celle-là ? Qu’elle redescende de son piédestal et vite si elle savait ce qui était bien pour elle ! Où est-ce qu’elle avait vu du harcèlement quand je ne l’avais même pas approchée ? Bon d’accord, je m’étais rapproché, et de très près, mais en aucun cas pour ce qu’elle s’imaginait. Comme je l’avais pensé plus tôt, les forêts étaient faites pour dormir, et rien d’autre !

«Du harcèlement ? Rien à voir, tu dois me répondre parce que JE pose les questions, et c’est tout ! »

Tiens ? Madame parlait de harcèlement et dans le même temps elle se palpait les fesses… Bonjour l’hypocrisie ! C’était comme si je l’accusais de chercher à me séduire tout me tâtant le paquet devant elle !! Cette Kairi avait complètement perdu la tête ! Tout compte fait, c’était plutôt des baffes qu’il lui faudrait. Non seulement, ça lui apprendrait à me réveiller pour le fun, mais en plus ça lui remettrait les idées en place. Yep, c’était décidé, j’allais la baffer pour lui apprendre le respect ! Après tout, tant qu’elle n’aggravait pas son cas, je me devais d’éviter de réagir de façon trop extrême. Ce n’était pas parce que je considérais le fait de me réveiller comme un crime qui se devait d’être puni par la mort que les autres le verraient de la même façon. D’ailleurs, peu importait son statut à elle, je respectais quand même ses parents qui étaient d’excellents hunters. Rien que pour eux, je pouvais faire l’effort de limiter son châtiment à quelques baffes, non ? Oui, je le pouvais. Hmm…j’étais vraiment trop gentil parfois. Je me surprenais moi-même.

Euh…c’était moi ou elle venait juste d’aggraver son cas ? Je faisais l’effort d’amenuiser sa sentence, et elle l’envoyait bouler en me hurlant de faire attention et en me poussant ? OK, elle était juste parvenue à se ridiculiser en essayant de me pousser. Résultat, c’était elle qui était par terre et je pouvais de nouveau la regarder de haut. Cependant, son hurlement parvint à me faire constater quelque chose : j’étais encerclé par des vampires. De bas niveaux, certes, mais je m’étais quand même fait encercler sans m’en rendre compte. Était-ce dû à mon manque de sommeil ? En partie, oui. Cependant, je supposais que c’était – en majorité – dû à cette fille qui était parvenu à accaparer toute mon attention avec sa présence et les informations que je venais de découvrir à son sujet. Un level E semblait m’approcher par derrière pour m’attaquer. Avec Kairi à terre devant moi, il me suffirait de me décaler sur le côté pour qu’elle se retrouve avec ce vampire sur elle… L’idée était tentante, vraiment tentante. Malheureusement pour ces vampires, et heureusement pour elle, le fait de m’être fait surprendre par ces vampires de bas étages m’irritait au plus haut point, et j’avais bien besoin de me défouler.

Je sortis un objet de ma poche et l’activai aussitôt : il s’agissait de mon arme anti-vampires. Une fois activée, mon arme pris la forme d’une hallebarde stylisée et modelée uniquement dans le but de détruire les buveurs de sang qui s’en approchaient. En me retournant très vite, je décapitai le level E qui avait cherché à m’atteindre. Le message était clair : ce n’était pas le moment de me chercher ! La stupidité étant leur point fort, ils ne cherchèrent pas à s’enfuir. Une idée me vint alors à l’esprit tandis que je pointai mon arme vers le sol. M’adressant alors à Kairi, je lui dis :

« Allez, montre-moi de quoi tu es capable Kiki. Occupe-toi d’eux et tu éviteras peut-être ta punition pour m’avoir réveillée. »

Yep, j’avais décidé de la laisser s’occuper des vampires toute seule. Bien qu’ils nous encerclaient, il y en avait bien moins que ce qu’on pourrait croire. Après, le fait que je me savais invincible faisait que je ne prenais pas vraiment en compte leur nombre. Qu’il soit 3 ou 30 ne faisait pas de différence pour moi : je ne serai jamais vaincu par des vampires. C’était une question de fierté. Traduction ? J’oubliais de raisonner logiquement dans ce genre de situation. Ce serait une honte pour moi que d’être tué par des vampires. N’étant pas fan des humiliations, j’avais décidé que je ne mourrais pas par leur faute. Donc, leur nombre n’avait aucune importance pour moi puisque, dans tous les cas, ils ne me feraient rien. (Oui, Shiro a un tas de cases en moins) Le plus amusant dans ma suggestion, c’était qu’il n’était même pas sûr qu’elle évite son châtiment quand bien même elle éliminerait tous les buveurs de sang. Néanmoins, le simple fait que j’émette cette possibilité était une chance pour elle : elle devrait se sentir honorée. Non seulement, elle avait là une opportunité en or d’impressionner un hunter, mais en plus, elle avait la chance de pouvoir remonter dans mon estime. Elle ne remonterait pas très haut, mais ce serait toujours mieux que de rester là où elle se trouvait sur mon échelle.

« Petit avertissement… Si je te vois baver sur eux, je te botte les fesses. »

Voilà, c’était dit. Elle n’avait pas intérêt à faire sa groupie ou à tenter de les raisonner si elle tenait à pouvoir se rasseoir un jour ! C’était le moment ou jamais de voir ce qu’elle avait dans le ventre. Littéralement ou métaphoriquement, je m’en foutais. Dans un cas comme dans l’autre, j’aurais ma réponse et découvrirais de quoi elle était faite à l’intérieur.

HRP:
 
Revenir en haut Aller en bas
Kairi Tsuki
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
Co-Admin ○ Humaine, Elève de la Day Class & Chargée de Discipline
avatar
Féminin Messages : 1622
Date d'inscription : 06/08/2011
Age : 23
Emploi/loisirs : Chargée de discipline
Humeur : Tu veux vraiment, vraiment pas savoir.

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Tsuki Kairi
Armes [2 Maxi.]: Voix..? Rien
Relations:
MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Lun 15 Fév - 18:10

Lui montrer de quoi elle était capable ? Était-elle seulement CAPABLE de quelque chose? Ces mots semblaient tellement lourds de sens. Capable. Avait-elle déjà été capable de quoi que ce soit auparavant ? Et qu’attendait-il d’elle exactement ? Vite, il lui fallait un plan d’action. N’importe quoi suffirait. S’il comptait se battre, très bien pour lui ! Elle, elle ne comptait pas s’attarder dans les environs ! Et puis quoi encore ?! …Quoi encore ? Le laisser tout seul et prouver qu’elle était totalement inutile, ou se prendre au jeu et faire son possible pour essayer de les sortir de cette situation ?

Kairi avait toujours été mal à l’aise à l’idée de se battre ou d’utiliser une arme anti-vampire. Malgré tout, ces derniers temps, elle avait conservée celle de Yuuki, comme un charme pour se défaire de ses craintes. Elle la sentait d’ailleurs battre près de sa poitrine dans la poche intérieure qu’elle avait elle-même cousue. Son uniforme avait toujours été trop grand, et cela lui permettait de porter tout un tas de choses sans éveiller les soupçons. Se balader avec une arme dans l’académie pouvait sembler normale pour les hunters, mais elle avait essayé de la cacher de son mieux. D'une part parce qu’elle n’aurait pas eu d’explications si on l’avait découverte, de l’autre, parce qu’elle se protégeait elle-même en ne pensant pas à ce qu’elle pouvait porter. La peur parcourait ses membres, un liquide froid qui lui filait la chair de poule. Cependant, c’était différent de d’habitude. Elle pouvait encore bouger. Ce n’était plus son premier combat. Ce ne serait pas la première fois. Et malgré cette sensation de gel, une chaleur se faisait ressentir dans le bas de son ventre. Et si cette sensation  n’était pas de la peur ?


Et si c’était… de l’excitation.


L’adrénaline parcourait tout son corps malgré elle, ce n’était pas le fait d’utiliser une arme ou de se retrouver en combat. Elle comprenait enfin. C’était l’anticipation à ce qui allait arriver. Serait-elle capable de s’en sortir? Pas à cause de ce qu’il avait dit, non, pour sa propre personne. Cette situation serait sa mise à l’épreuve, déterminant si elle avait vraiment les capacités de combattre, de défendre ses idéaux, ou bien si elle était tout juste bonne à trembler et à toujours se laissé protéger par les autres. Le moment d’affronter son passé et de découvrir son futur était arrivé.

Ses mains sur le sol irrégulier de verdure se fermèrent et elle utilisa cet élan nouveau pour se relever aussi vite qu’elle le pu. De sa main gauche elle ouvrit sa veste, de la droite elle attrapa l’arme de Yuuki qui lui semblait à présent familière calée contre ses doigts.
 

-C’est parti. Dit-elle d’une voix ferme qu’elle ne reconnaissait pas, ignorant la remarque de Shiro sur la possibilité d’être intéressée par des level End qui contrairement aux vampires de son académie n’étaient pas tout à fait à leur avantage. Elle se sentait étrangement calme.

A vrai dire, cette situation lui semblait trop irréelle et il lui était difficile de reconnaître quoi que ce soit. Seul sa perception du monde était altérée elle le savait bien. Mais ce sentiment de semi-réalité lui semblait tellement plus accessible pour parvenir à ce qu’elle n’avait jamais atteint ni essayer d’atteindre; un hunter de sang pur qualifiée.

Ses deux mains tenaient fermement l’arme, elle s’élança vers l’avant, sa petite taille lui permis d’esquiver facilement le bras du level End qui avait couru vers eux toutes griffes sorties. Les level End étaient dirigés par leur seule soif de sang. Ils pouvaient se montrer très intelligents ou très stupide. Le seul facteur qui pouvait poser problème était leur impulsivité. Son corps réagissait de lui-même comme s'il avait toujours agit ainsi, c’est pourquoi elle réussit à anticiper le fait que le vampire ayant raté son attaque griffe, utiliseraient ses jambes pour l’arrêter lors de sa percée. Elle s’était alors jetée en avant quelques secondes avant qu'il ne parvienne à la toucher, se rattrapant à l’aide d’une roulade basique qui malgré le mal de tête que cela lui procura, ne l’empêcha pas de pointer l’arme sur l’ennemi, posture stable, droite et solide un genou à terre, attendant qu’il charge à nouveau dans sa direction.

Elle ne savait pas comment elle l’avait su. Mais elle l’avait su. Le potentiel d’hunter existait vraiment ?

Il ne fallait pas rêver, elle savait que ses connaissances en tir étaient très limitées, elle ne pouvait se permettre d’erreurs, ou bien elle risquerait de blesser son camarade qui était également à bout portant (peut-être le méritait-il ?). Son esquive avait énervé le vampire, voyant que Shiro n’intervenait pas bien qu’il fut beaucoup plus menaçant, il semblait qu’il avait décidé de continuer à focaliser ses attaques sur la jeune fille frêle. Il était à l’image des level End idiots, et puéril. La soif de sang mêlé à l'envie de vengeance. Son attitude l’avait déstabilisé, mais il n’était pas à exclure que la cause de cette action soit seulement la chance, il n’arrêtait donc pas sa course, bien que l’arme fut braquée sur lui. Il en avait, semble-t-il, royalement rien à foutre.


*Il doit vraiment faire partie des stupides. Je ne flancherais pas cette fois.*|/color]

Sans réfléchir, le regard perçant et le plus naturellement du monde, Kairi pressa la détente lorsqu'il fut assez près pour qu’elle ne puisse pas le rater de sa position. Son souffle restait régulier, même lorsque le vampire s’écroula sur le sol et qu’elle sentit sur sa joue une giclée de son sang visqueux et immonde. L’odeur de pourriture n’était plus aussi insupportable. Le contact avec le sol de la forêt l’apaisait, elle se concentra sur l’odeur des arbres plutôt que sur celle du cadavre. Mais elle ne pouvait pas s'arrêter là même si elle l’avait voulu. Elle se remit debout et fit volte-face aussitôt le coup tiré, et sans essuyer son visage, se mit de nouveau à courir pour atteindre le nouveau level End entré dans l’arène, tel un jeu de rôle au tour par tour. Tout lui semblait à la fois lent et rapide. Ses actions étaient floues dans la planification et en même temps précises dans leur réalisation. Elle ne s’était jamais sentie aussi libérée. Peut-être que c’était vraiment dans son sang. Elle avait cela en elle depuis le début?

Le nouvel ennemi était une femme, une enfant, plus agile, elle avait couru pour lui attraper sa manche, lui retirant un pan de sa veste, bloquant l’utilisation de son arme, ralentissant ses mouvements. La différence de force malgré sa petite taille était grande. Elles tournaient l'une autour de l'autre puis lorsqu'une ouverture se fit sentir, d’un coup de pied bien placé à l’arrière, fit maladroitement tomber le vampire sur le sol, qui tenait encore fermement la veste. Kairi utilisa l’autre manche pour entourer le cou de l’enfant. Elle tira si fort sur les bords, qu’elle put voir les yeux se révulser pour finir par voir la tête dans une position non habituelle, un léger craquement se fit entendre.

L’argentée avait eu des scrupules à user de son arme sur une enfant mais la strangulation lui avait semblé plus "humaniste". Le problème était bien là. Elle ne les voyait plus comme des humains, mais comme des bêtes attendant leur libération. Etait-ce vraiment elle ? Elle avait l’impression de voir cette scène de l’extérieur. Peut-être devenait-elle folle, mais elle sentait vraiment deux entités en elle. Elle n’avait plus le contrôle. L'horreur était pourtant bien présente. Mais contrairement à d'habitude, elle ne tremblait plus.

Un homme cette fois s’approcha d’elle, elle avait pu compter quatre ennemis les entourant avant d’entrer en combat. Deux hommes, un enfant et une femme. C’était donc le troisième, le quatrième n’était plus là ? Etait-il parti ? Non, il était derrière elle, les sons de bruissements que produisaient ses vêtements l’avaient alertée, les deux s’avançaient vers elle sans coordinations, peut-être même sans se voir? Il fallait tenter. Elle attendit. 5, 4, 3, 2, 1 ! Elle se lança à nouveau sur le côté, la femme vampire avait lacéré droit devant elle, l’homme également, et ils s’étaient donc mutilés entre eux. L’homme avait subi une percée fatale dans sa gorge et en était mort. La femme au contraire en était sortie encore plus enragée. De nouveau debout, Kairi visa de son arme. Mais pas la femme, elle priait pour ne pas rater son tir… Si elle réussissait...


*Ce serait joli...*

Ses yeux s’étaient dirigés vers Lui, et elle l’avait vu en danger. Il voulait qu’elle lui montre ses capacités n’est-ce pas ? Ces deux tirs rapides dû énormément siffler près des oreilles de Shiro, MAIS un avait atteint la cible qui venant des arbres avait sauté pour essayer de le mettre à terre. En plein dans la tête, et en plein dans le tronc derrière. Un léger sourire (après un soupir de soulagement), Kairi se reprit et redirigea son canon vers la femme en furie. Plus confiante, elle pressa la gâchette bien qu’elle ne fut pas à bout portant. Cependant le cliquetis lui indiqua que le chargeur était… Vide. Ça, c’était pas prévu.

-Merde merde merde !!

Dans la panique, la femme déjà près d’elle, son instinct lui indiqua une seule solution. De toute ses forces, elle leva son arme, et abattit violemment la crosse de son arme sur le crane déjà pré-lacéré du vampire, qui se fendit alors complètement, aussi écœurant que soit le spectacle, le résultat lui en était jouissif. Dans son élan, la femme lui avait prodiguée quelques griffures légères, mais qui n’en étaient pas moins douloureuses. Sa chemise était ouverte au niveau de sa poitrine jusqu'à son ventre dans des tracées rosées de sang et sa jupe était fendue du côté gauche. Cela lui avait permis de reprendre le contrôle de son corps, son esprit était présent à nouveau, et les douleurs du au recul de l’arme se faisaient ressentir dans ses épaules. C'était enfin fini. Elle avait fait de son mieux, et elle en était plutôt fière.

De toutes ses dents, Kairi offrit à son collègue un sourire sincèrement joyeux et innocent. Oubliant totalement qu'elle l'avait trouvé effrayant et qu'ils avaient été en conflit quelques longues minutes auparavant. Ayant lâchée son arme, elle s’avança vers lui lentement, fatiguée, exténuée. Son corps répondant légèrement aux commandes que son cerveau lui envoyait.


-Héhé !

Et alors qu’elle se pensait sauve, et qu’elle leva deux doigts formant un V en signe de victoire, elle se sentit tirer violemment en arrière, son corps frotter durement contre le sol, tenue fermement, des griffes perçaient la peau laiteuse de ses jambes, et une douleur lancinante la brûla au niveau de sa cuisse gauche qui était découverte, sans protection dû à la découpe un peu plus tôt. On venait de la mordre.

[/color]
C'était réel.


Sa peur la fouetta au cœur aussitôt. Et elle ne fut pas capable de réfléchir à un moyen de s’en sortir. Elle allait mourir. Seule. Idiote. Incapable. Tout cela parce qu’elle n’avait pas vérifié leurs morts. Sur le sol, le vampire n’était pas si stupide, il l’avait attendu, elle l’avait sous-estimé. Elle les avait toujours sous-estimés. Pour qui s’était-elle prise ? Ses forces l’abandonnaient, ses yeux étaient perlés de larmes.

Finalement elle n’était capable que de ça. Les bras croisés, incapable de tenir la douleur, elle enfouit sa tête dans ce berceau douillet, ne sachant pas quoi faire d’autre. Elle avait vraiment cru pouvoir être capable de réussir. Elle savait qu’elle n’avait rien de véritable pour les affronter, mais elle avait aimé le croire. Quelque chose en elle lui hurlait qu’elle aurait pu être plus. Pour quelqu’un qui n’avait jamais eu de vrais entraînements, le potentiel seul ne suffisait pas. Elle n’aurait pas été capable de plus. Seulement d’entre-apercevoir une lueur d’espoir quant à sa réussite. Ce n’était pas suffisant. Elle aurait vraiment désirée être plus. Ardemment. Elle ne faisait pas le poids. Son souffle était court, ses membres douloureux. D'autres vampires pointaient leurs nez de certains buissons..


*C’est fini…*

Ses yeux clos elle détendit ses membres sur le sol, sentant son sang s’écouler plus rapidement. C'était fini, et elle avait perdu.

_________________
The past belongs to the past ... Journal
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   Mar 1 Mar - 20:57

A cause de cette soi-disant hunter, ou plutôt de cette charlatane si j’avais mon mot à dire, on s’était retrouvés encerclés par des vampires de bas étages… Autant dire que je n’appréciais pas du tout l’idée de m’être fait prendre en embuscade comme ça par des buveurs de sang réputés justement pour leur stupidité. Non mais franchement, à quel point fallait-il être stupide pour se faire avoir par des vampires reconnus comme étant de parfaits abrutis par les vampires eux-mêmes !!? Hein !? Déjà que ceux qui étaient censés être dotes d’intelligence parmi eux étaient des idiots, alors si les idiots parmi les idiots se montraient capables de me prendre par surprise, où allait le monde ? Donc, puisqu’il ne pouvait s’agir là d’une erreur de ma part ou d’une preuve d’un manque d’intelligence me concernant, il ne pouvait s’agir que de la faute de la peureuse exhibitionniste qui avait – malheureusement pour eux – des parents hunters. En effet, celle-ci m’avait pris la tête avec les âneries qu’elle ne cessait de prononcer. Entre nous, j’étais peut-être un tantinet agressif dans ma façon d’interagir avec mon entourage, mais le harcèlement, ce n’était pas du tout mon truc ! Bon d’accord, j’avais regardé lorsqu’elle s’était penchée pour ramasser ses papiers qu’elle s’était amusée à déchirer pour me réveiller. Mais, c’était comme regarder un vampire se faire torturer derrière une vitrine : c’était normal. Il n’y avait absolument rien de bizarre là-dedans… Surtout qu’elle semblait étrangement douée dans l’art de se dévoiler à moi tout en prétendant que c’était moi le coupable !!

Vous l’aurez compris, cela ne pouvait en aucun cas être de ma faute puisque j’étais moi. Or, puisque j’étais moi, je ne pouvais être coupable. Elle, étant une femelle qui avait jusque-là refusé son statut de hunter – je ne m’en remettais toujours pas – était donc forcément coupable. Peu importait qu’elle soit présente sur les lieux du crime ou pas. Dès lors qu’un crime aurait lieu, elle serait coupable dorénavant. C’était ainsi, et c’était tout ! Donc, si elle pouvait mourir rapidement et violemment maintenant, ce serait parfait ! Non mais, j’avais une sieste à terminer moi. On était dans une forêt après tout. Et qui disait forêt, disait forcément sieste ! Ayant tiré profit d’une idée de génie, j’avais offert cette fille sur un plateau d’argent aux vampires se trouvant dans le coin. Elle se ferait manger vite fait bien fait, son cadavre attirerait tous les spécimens présents autour de nous qui sauteraient sans réfléchir dans le tas, me permettant ainsi de tous les décapiter sans faire d’histoire. Mine de rien, mon plan était parfait. Au mieux, j’étais débarrassé d’elle et des vampires. Au pire – et par je ne savais quel miracle – elle survivrait et les vampires ne seraient plus. Yep, je ne la voyais clairement pas l’emporter. Franchement, il suffisait de la regarder pour me comprendre. Elle était aussi frêle qu’une brindille, et aussi intimidante qu’un canard en plastique… En plus, elle n’avait pas l’air de porter d’arme anti-vampire sur elle. En bref, elle était d’ores et déjà morte. Hmm…avec un peu de chance, j’aurais droit à un spectacle des plus macabres avec des hurlements magnifiques… Hmm…j’avais hâte que la boucherie commence tiens !

Mais qu’est-ce qu’elle me faisait celle-là encore ? Et après, ça allait encore se plaindre en me traitant de harceleur alors que c’était elle qui s’amusait délibérément à se déshabiller devant moi ?! Sérieusement, elle s’était cognée la tête en essayant de me pousser un peu plus tôt ou elle avait vraiment décidé de jouer la carte de la séduction auprès de ces vampires ? Il y avait tout intérêt pour elle à ce que ce soit la première option parce que sinon je commencerais d’ores et déjà à préparer mes bottes pour la botter jusqu’à ce qu’elle perde toute sensation au niveau de son postérieur !! Euh…d’où elle sortait cette arme à feu ? De l’intérieur de sa veste ? Ah la la, qu’est-ce que j’allais bien pouvoir faire d’elle ? Elle commençait vraiment à m’épuiser mentalement. Déjà que je manquais de sommeil, toutes ces prises de tête à son propos ne faisaient que me fatiguer encore plus ! Que foutait-elle avec une arme à feu dans sa veste ? Était-ce une forme de rembourrage pour compenser un manque de poitrine ? Était-ce une vaine tentative de suicide ? Cherchait-elle à s’auto-tirer dessus sur un malentendu ou sur un mouvement brusque de sa part ? Elle m’avait l’air suffisamment niais pour réussir à se tuer aussi bêtement… Enfin, je ne savais pas trop ce qui lui prenait mais elle affichait un air complètement différent depuis qu’elle s’était relevée de sa position au sol, qu’elle avait ouvert son haut et attrapé cette arme…

Et une roulade ! Une ! Et hop, voilà qu’elle enchaînait avec un tir à bout portant sachant que le vampire lui avait bêtement foncé dessus. Avait-elle fait exprès de le provoquer pour qu’il agisse ainsi et qu’elle puisse l’avoir plus facilement ? Avait-elle fait usage de ce qu’elle avait dans la tête pour mettre au point un tel plan ou réagissait-elle purement par instinct ? Ses parents étaient des hunters. Et techniquement parlant – ou plutôt biologiquement – elle en était une aussi. Dès le départ donc, le potentiel était là. Malheureusement pour moi qui aurais voulu la voir se faire déchiqueter – ne serait-ce que pour le plaisir d’avoir raison sur son compte – elle semblait s’en sortir plutôt bien avec son arme actuelle. J’eus presque envie de l’applaudir en voyant cette giclée de sang tomber sur sa joue suite à la mort du vampire, mais je me retins. Certes, il n’y avait pas grand-chose de plus excitant que de voir mourir un vampire… Cependant, cette Kairi – ou Kiki pour les intimes – m’avait l’air du genre à apprécier le renforcement positif. Or, j’étais pro-renforcement négatif ! Le truc, c’était qu’il était de plus en plus difficile pour moi de contenir mon excitation quand je voyais sa façon d’exécuter ces vampires un par un. Qui ne baverait pas devant une fille comme elle en train d’étrangler de toutes ses forces un enfant-vampire avec les manches de sa veste ? Clairement, elle ne me rendait pas les choses faciles. Je fus donc forcé de conserver un air impassible devant ces actes d’une telle cruauté – beauté – et d’attendre avec impatience de voir comment elle massacrerait les suivants ! Et voilà, en l’espace d’une action, elle était parvenue à me transformer en véritable fan de sa façon de procéder à un massacre… C’était de l’art !

Ah ? Voilà qu’elle s’était écartée pour laisser deux vampires entrer en collision et s’automutiler.  Bravo à elle. Non seulement elle s’en sortait avec brio, mais en plus elle m’offrait l’image de deux buveurs de sang se blessant mutuellement. Qu’elle continue comme ça et j’oublierai carrément sa punition ! Yep, elle aurait le droit de passer son chemin sans rien subir de ma part si elle continuait sur sa lancée en m’offrant de si merveilleux souvenirs. Malheureusement pour elle, la suite fut bourrée d’erreurs qui ne firent que me rappeler à quel point je mourrais d’envie de la baffer, de la botter, de la fesser, de la fouetter, et ainsi de suite jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus en placer une ! Non seulement elle s’était permise de tirer dans ma direction à deux reprises pour passer près de mes oreilles, mais en plus, elle avait eu le culot de sourire ! Or, il ne s’agissait pas là d’un sourire d’excitation dû à la violence dont elle faisait preuve. Nope, je l’avais vu être soulagée juste avant, un peu comme si elle avait évité une catastrophe de justesse. Encore une fois, elle s’était mise dans la tête de me porter secours comme si j’étais une vulgaire prostip*te en détresse ! C’était la deuxième fois qu’elle me faisait le coup, et ça, elle me le paierait dans tous les cas ! Il était hors de question que je la laisse me sous-estimer et s’imaginer qu’elle me sauvait la vie sans le lui faire regretter ! Nope, elle allait morfler ! Bah tiens, son chargeur était vide, je n’aurais peut-être donc pas le loisir de la massacrer moi-même… Bon, tant pis. Tant qu’elle était dévorée avec classe, je ne me plaindrais pas.

Mon arme toujours pointée vers le sol, ma main ne cessait de trembler d’excitation en la maintenant fermement. Mon visage avait beau afficher un air des plus durs face à la boucherie offerte par Kiki, le reste de mon corps ne pouvait se montrer aussi impassible. Ma main tremblait, et je serrais mes dents et mes poings de toutes mes forces pour m’empêcher de réagir de façon trop enthousiaste. A côté de ça, une autre partie de mon corps avait clairement été « éveillée » par tout ça ! Le fait de la voir fracasser le crâne de cette vampire – femelle en plus – avec la crosse de son arme hanterait mes nuits à venir ! Oh oui, j’aurais du mal à oublier tout ça et j’étais certain que la prochaine fois que je fermerais les yeux pour m’endormir, j’en rêverais avec un grand sourire aux lèvres. Au final, je ne pus m’empêcher de relier l’excitation que je ressentais à cette personne qui n’avait eu de cesse de me taper sur le système depuis qu’elle avait perturbé mon sommeil. La voir ainsi, couverte du sang de vampires qu’elle venait d’exterminer, la chemise ouverte et la jupe fendue sur le côté… Je commençais à me dire que faire d’elle ma servante – sur tous les points – ne serait peut-être pas une mauvaise idée. Après tout, elle se devait de payer pour ses crimes : m’avoir réveillé et s’être imaginée que j’avais besoin d’elle pour survivre, à deux reprises ! Et me servir impliquerait forcément des châtiments. Ajouté à cela le fait qu’elle avait une tête à faire des erreurs toutes les deux secondes, et j’aurais accès à un véritable défouloir sur pattes à mon service ! Nouveau sourire dans ma direction ? OK, j’avais changé d’avis. Qu’elle crève et qu’on n’en parle plus.

Pourquoi elle marchait dans ma direction avec ce truc que les gens appelaient joie sur le visage ? Avais-je l’air du gars qui s’apprêtait à lui tapoter la tête pour la féliciter ? Héhé ? Yep, sérieusement, qu’elle crève, vite de préférence !  Pourquoi elle levait deux doigts dans ma direction ? Un signe d’insulte ? Elle se foutait de moi avec son sourire et son signe qui ressemblait beaucoup à un doigt d’honneur multiplié par deux !!? Bon allez, elle pouvait crever maintenant ou serais-je forcé de la décapiter moi-même pour m’en débarrasser et oublier toutes les pensées ridicules qui m’avaient traversé la tête durant son combat ? Naturellement, ma requête fut exaucée puisqu’un vampire qu’elle pensait avoir éliminé venait de l’emporter sur le sol avec elle pour lui lacérer les jambes de ses griffes. Par la suite, elle se fit mordre au niveau de la cuisse… Aie, elle allait la sentir cette morsure ! Après toutes les morsures que j’avais moi-même subi, je pouvais affirmer que certaines zones étaient bien plus douloureuses que d’autres. Le truc, c’était que je n’avais jamais été mordu à cet endroit-là. Il fallait le faire pour se retrouver les fesses à l’air avec un vampire directement dessus capable de planter ses crocs sans souci… Et en plus, elle osait abandonner !? Elle osait se laisser aller à attendre qu’on mette fin à ses jours sans chercher à les détruire à mains nues ? Si une chose était sûre, c’était que je ne la laisserais pas se faire manger. Non, ce serait bien trop sympa de ma part que de laisser des vampires l’éliminer en la vidant simplement de son sang. Clairement, elle n’avait pas assez souffert pour partir maintenant ! Après tout ce qu’elle m’avait fait, je ne pouvais me permettre de la laisser mourir sans qu’elle n’apprenne au moins une leçon !

Leçon numéro 1 : ne jamais me réveiller ! Leçon numéro 2 : ne jamais me sourire ! Leçon numéro 3 : il était strictement interdit de se laisser tuer bêtement par un vampire ! L’une de ces leçons au moins serait imprégnée en elle avant qu’elle ne quitte cette forêt. De quelle façon ? Tout ce que je pouvais dire, c’était que ce serait au travers de la manière forte. Il n’y avait qu’avec la violence qu’elle comprendrait mon message. Et dans tous les cas, il n’y avait que de cette façon que j’aimais communiquer. Ne perdant donc pas de temps, je m’approchais de l’exhibitionniste d’un pas lent, m’arrêtant au-dessus d’elle tandis que le vampire qui l’avait mordu tenta bêtement de m’attaquer. Le simple fait que je me sois rapproché avec mon arme à la main avait éveillé en lui ses instincts de préservation. Puisque je représentais un danger et que je pouvais potentiellement me dresser entre lui et sa nourriture, il avait attaqué pour m’éliminer. D’un simple mouvement, je l’avais décapité. Il ne s’agissait pas de mon premier combat à moi, j’éliminais des levels E depuis trop longtemps pour savoir exactement comment procéder avec eux. D’autres commençaient à sortir des buissons. Avec tout le sang que la pleurnicharde perdait, il n’était pas étonnant de les voir tous jaillir en même temps. L’appel du sang était bien trop puissant pour qu’ils puissent l’ignorer. Résultat, ils étaient d’autant plus imprudents. Les ignorant pendant un moment, je foutus un coup de pied dans les côtes de Kairi pour la forcer à sortir de son cocon ! Elle avait tout intérêt à se réveiller et à se relever si elle ne voulait pas que je continue à lui foutre des coups de pied. Oui, je me fichais de ses blessures apparentes et du sang qu’elle perdait. Elle était une hunter ou pas ? C’était à elle de décider, et elle devait se décider maintenant.

« Bon, tu te lèves ou je continue ? Si t’es une hunter comme tu le prétends, lève-toi sans rouspéter. Sinon…je continuerai jusqu’à ce que tu crèves. Si t’aimes juste prendre des coups, ça pourra s’arranger plus tard. »

Cette dernière partie fut ajoutée avec un petit sourire narquois de ma part. Il n’y avait rien de tel qu’un peu de provocation pour pousser les gens à se bouger. Et puis m*rde quoi ! Non mais c’était quoi ces gens qui lâchaient l’affaire aussi vite quand ils s’apprêtaient à se faire tuer !? Quand bien même l’instinct de survie était une ânerie, la fierté, ce n’était pas pour les chiens ! Or, dès lors que l’on possédait le potentiel pour être hunter, on se devait d’en être fier et d’assumer ce rôle jusqu’au bout ! Peu importait le nombre de vampires qu’elle tuerait dans sa vie. Qu’elle soit efficace ou pas, elle était une femelle, donc elle avait déjà un laisser-passer. Par contre, il était hors de question de se laisser mourir comme ça, couché sur le ventre, la tête dans les bras… On aurait dit qu’elle invitait tous les vampires du coin à venir croquer ses jambes et tout le reste vu comme ses vêtements ne ressemblaient plus à rien ! Pathétique. Elle était vraiment pathétique comme ça ! Si elle mourrait ainsi, j’expliquerai quoi à ses parents que je respectais ? Je ne pouvais quand même pas leur dire qu’après un mini coup d’éclat, leur fille s’était laissée sucer les fesses jusqu’à ce qu’elle en crève… Non, je ne pouvais absolument pas leur sortir un truc pareil : ils ne se remettraient jamais d’une telle honte. Hmm…qu’est-ce qu’il ne fallait pas faire pour protéger l’honneur des hunters… Bon, si je foutais quelques coups à cette fille histoire de laisser des marques, je pourrais ni vu ni connu leur dire qu’elle avait combattu vaillamment jusqu’à ce que mort s’en suive, non ? Yep, ça me paraissait être une bonne idée. Non seulement, j’aurais tout le loisir de me défouler sur elle et de la botter comme il se doit, mais en plus, ses parents auraient droit à une bien meilleure version de sa mort que celle qu’ils auraient si je la laissais simplement se vider de son sang. De si bonnes idées, on n’en mettait pas au point tous les jours. Décidément, j’étais plus en forme que je ne le pensais !

Bon allez, pendant qu’elle décidait de se lever – ou pas – je n’avais plus qu’à m’occuper des buveurs de sang qui cherchaient simplement à la vider. Malheureusement pour eux, j’avais besoin de me défouler encore un peu. Un simple coup de botte dans les côtes de l’exhibitionniste ne m’avait pas suffi. Ainsi, je me retrouvai face à quelques nouveaux vampires qui ne devaient pas connaître l’expression se jeter dans la gueule du loup. Bon, est-ce que j’en finissais rapidement ou je m’amusais un peu ? Bon allez, j’en finirais vite fait bien fait avec les premiers et je verrai bien avec les derniers. Mon arme toujours dans la main, je me servais du sang de Kairi comme appât pour qu’ils se jettent sur elle. Au moment où ils atteignaient ma zone de terreur, je frappai, que ce soit avec la partie lame pour les trancher ou avec la partie arrière – dotée de piquants – pour simplement les fracasser. Ce qui était sûr, c’était que ma façon de combattre n’avait rien à voir avec celle de la débutante qui se laissait gentiment mordre la cuisse sans rien dire. Nope, je me contentais de mouvements simples, mais dévastateurs. Le combat ne prit pas très longtemps, et très vite, je me retrouvai avec des têtes et des membres détachés de leur corps autour de moi… Bref, une vision enchanteresse. Lorsque le dernier vampire se ramena, je me contentai de lui couper la main, puis l’autre, puis les jambes. Une fois immobilisé sur le sol, je m’amusais à le découper en petits morceaux très lentement, un peu comme on le ferait avec du saucisson. Naturellement, je n’avais aucune intention de le manger. Le simple fait de le torturer me suffisait. D’ailleurs, au lieu de l’achever, je le laissais comme il était – en vie – avec simplement sa tête relié à son corps, mais pas les membres. Armant ma jambe droite, je foutus un coup de pied dans le tas afin de l’envoyer paître et souffrir dans les buissons. Ça lui apprendrait à venir là où je faisais mes siestes. Sans me retourner, je demandai alors à celle que j’avais frappée un peu plus tôt :

« Bon, l’exhibitionniste, qu’est-ce que je vais bien pouvoir faire de toi maintenant ? Des idées à proposer ? »

Nope, je n’avais pas oublié son châtiment. Et, au passage, il n’y avait rien de tel que de suggérer à la victime de choisir sa propre punition. Comme ça, si elle proposait un truc trop ridicule, je pourrais alourdir la punition en conséquence. Par contre, si elle choisissait quelque chose de satisfaisant pour moi, elle aurait tout le loisir de profiter de la violence qui me caractérisait. Bref, elle perdrait dans tous les cas. Quoique…dans le cas où elle aimait morfler, ça pourrait être donnant-donnant.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]   

Revenir en haut Aller en bas
 

A l'orée du bois... Un hunter [Pv Shiro Kunimitsu]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Combat 4: Annie Villeneuve vs Rachel Hunter
» Une fabrique de jouets en bois
» Poêlée du sous-bois et omelette d'automne.
» Peindre du bois lasuré

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: RPG - Académie Cross :: Parc de l'Académie. :: Forêt-