Vampire Knight RPG
Vous êtes la/la bienvenu(e) sur ce forum RPG dédié au Manga "Vampire Knight" de la célèbre Mangaka : Hino Matsuri et qui s'en inspire.

Il reste beaucoup de personnages de la série qui sont à prendre, les personnages inventés sont les bienvenus également !

N'hésitez pas à consulter notre liste de prédéfinis !



Bienvenue dans cette école avec deux classes totalement différentes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jena Lordess
Humain & Elève de la Day Class
Humain & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 21
Localisation : Dans les écuries
Emploi/loisirs : dessiner et étudier
Humeur : Timide et douce à la fois, ne crois pas trop aux rêves ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Jena Lordess
Armes [2 Maxi.]: Canif de dix centimètre a double lames, l'une d'elle est anti-vampire.
Relations:
MessageSujet: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Ven 16 Aoû - 14:06



Quand une demoiselle
est en détresse.
 




Lordess, Lordess, un nom qui résonne chez les vampires. Un nom qui en fait trembler certain alors que d'autre s'en moque. Cette vampiresse nommée Angelica Lordess avait arrachée a tant de souffrance cette petite fille Jena. Ignorante de son propre nom, la noble femme lui donna ce dernier. Un beau nom qui aurait beaucoup été apprécier en Europe. Dommage que la jeune enfant ne connait rien au pays étranger, même sa propre patrie lui est étrangère.

Mais voilà, la demoiselle se retrouve au abord d'une bien étrange ville, son aime et sauveuse là déposée à l'entrée de celle-ci. De bref au-revoir fut dit en une langue depuis longtemps oubliée. La jeune femme apprenait vite et Angelica adorait lui apprendre tout ce qu'elle savait. Pourtant, la vampiresse n'eut aucune difficulté à comprendre que cette jeune fille ne pouvait pas toujours resté avec elle, d'abord parce qu'elle est humaine, ensuite parce que son sang a un parfum unique qui attire irrévocablement les vampires. Pour ce qui est de la jeune demoiselle, c'est une autre histoire, elle ne voulait pas quitter cette femme à qui elle doit sans nul doute la vie, la connaissance et aussi la possibilités d'apprendre et de vivre avec des humains. Une chose à laquelle elle avait perdu gout.

Le claire de lune semblait être la seule lumière en ce monde, encore et toujours, cette dernière brillait dans le ciel, Jena venait à peine d'arrivée au abord de la ville avec la voiture de mademoiselle Lordess. Elle ne voulait pas descendre, mais en voyant les maisons si différente des palaces dans lesquels elle avait vécue. La jeune femme descendit sans aucun problème. L'un des serviteurs de la noble vampiresse, apporta ses bagages à la protégée, Angi lui dit au-revoir et Jena la prit une dernière fois dans ses bras avant de se diriger vers les bâtiments. Le cœur palpitant, l'enfant avança dans la première ruelle sombre qui se trouvait face à elle. La nuit était à son comble et le silence emplissait l'admosphaire de douceur glacial. La voiture partit dans un petit ronronnement de moteur. Jena se retourna pour regarder une dernière fois le véhicule avant de reprendre sa route.

Quand une douce odeur de farine et de pain se fit sentir, elle comprit qu'elle était à cotée d'une boulangerie, mais elle ne savait pas vraiment où elle était. Alors petit à petit la peur monta en elle, un chat passa en renversant une poubelle et elle poussa un cris d’effroi. Seule, elle était seule et elle venait à peine de s'en rendre compte. Mais seul sa pensée était seule,car depuis le départ e la voiture, une ombre emplis de noirceur la suivait en silence. Une ombre qui n'avait qu'un seul désire, celui du sang...


Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Sam 17 Aoû - 21:53

Ayant quitté le bâtiment où résidait l’Association des Hunters depuis quelques minutes maintenant, je me promenais tranquillement dans la ville alors que le soleil était en train de se coucher. Cela faisait un bon moment déjà que je ne m’y étais pas rendu et revoir autant de hunters m’avait fait un bien fou ! Franchement, traîner avec tous ces imbéciles de l’académie devenait de plus en plus lourd de jour en jour. C’était une véritable torture que d’être presque constamment entouré de vampires sans pouvoir les tuer. Ceux-ci étaient intouchables tant qu’ils ne faisaient rien de mal. C’était vraiment nul comme règle. Surtout que j’étais certain qu’il y en avait qui trichait… Ils devaient juste être suffisamment discrets pour pouvoir passer entre les mailles de mes filets. Qui me disait que certains chargés de discipline ne les aidaient pas en douce d’ailleurs. Il était impossible de me fier à leurs dires. Je les méprisais. Ils le savaient tous. Et rien que pour ça, je ne pouvais garantir qu’ils me disaient la vérité.

Ainsi, ce petit passage à l’association m’avait rappelé que j’étais bel et bien un hunter et pas un simple élève charger de veiller à ce que les élèves humains ne découvrent pas qu’il y avait aussi des vampires qui étudiaient dans le bâtiment d’à côté. Ce n’était pas une tâche de tout repos. Non seulement parce que les élèves de la Day Class étaient bien trop curieux, mais aussi parce que je devais lutter contre mes propres envies… Combien de fois avais-je pensé à laisser un humain se rendre sur le territoire des vampires dans l’espoir qu’il se fasse mordre ? A chaque fois j’avais dû renoncer à cette idée. Je ne pouvais me permettre de décevoir le directeur ou de faire honte à l’hunter que j’étais. Tout en repensant à tout ça, je m’étais dirigé vers un endroit précis afin de manger un peu avant de reprendre la route vers l’Académie Cross. N’étant pas du tout pressé, j’avais pris tout mon temps et le soleil s’était couché depuis longtemps. La lune avait pris le relai et éclairait la périphérie de la ville de son éclat. C’était une belle soirée.

Plus le temps passait et plus ma démarche se faisait silencieuse. J’avais appris à me déplacer de sorte à ce que je n’émette plus aucun son en avançant. Tel un véritable traqueur, mes pas ne faisaient plus aucun bruit et ma respiration aussi : j’étais parfaitement calme. Pourquoi un tel changement tout à coup ? Tout simplement parce que je l’avais senti. Il y avait un vampire dans le coin. Au vu de l’heure qu’il était, il avait dû se mettre en chasse, estimant que la voie devait être libre. Le pauvre… Il avait vraiment mal calculé son coup. Mettant ma main dans ma poche, je vérifiais qu’Arès – mon arme anti vampire – était bien là. Actuellement, elle ne prenait pas beaucoup de place, mais dès lors que je passerais en mode combat, ce ne serait plus du tout la même chose. Lentement mais sûrement, je me rapprochai de la créature assoiffée qui suivait quelqu’un. Je ne savais pas qui était cette personne mais apparemment, sa vie était entre mes mains. Je pouvais choisir d’attendre qu’elle se fasse mordre pour attaquer et détruire le vampire ou je pouvais intervenir avant qu’il ne soit trop tard pour elle. La balle était dans mon camp.

Quoiqu’il en soit, j’accélérai quand même l’allure pour être sûr de ne pas le perdre. Certaines de ces créatures disposaient de certains pouvoirs particulièrement embêtants… Or, je m’ennuyais suffisamment en ce moment et j’avais un besoin urgent d’embrocher du vampire. Je me devais donc de ne pas le laisser filer celui-là. Usant d’une feinte vieille comme le monde – dans le cas où il aurait remarqué qu’il était suivi – j’effectuai un petit détour afin de le prendre à revers. Je ne comptais donc pas l’attaquer par derrière, comme lui tentait de le faire avec sa proie,  mais de face. Quelques minutes plus tard donc, je tournai au coin d’une rue et percutai une jeune fille (Jena) sans le vouloir. Personnellement, je ne tombai pas et continuai ma route. Elle, par contre, je ne savais pas si elle était tombée. Dans tous les cas, je m’en foutais. Ce n’était pas elle qui m’intéressait. J’avais fini par ferrer ma proie : le vampire qui l’avait suivie jusque-là. Puisqu’il se trouvait à une bonne quinzaine de mètres actuellement, je sortis Arès de ma poche et l’activai afin qu’elle révèle sa véritable forme. M’adressant alors à la fille que j’avais bousculée un peu plus tôt, je remarquai alors ses bagages et lui dis simplement :

« Imbécile. Quand on décide de s’installer quelque part, on se renseigne d’abord sur la population. Reste derrière moi si tu tiens à survivre ici un peu plus longtemps. »

Mon arme anti-vampire dans la main, je ne lâchai pas des yeux le vampire qui se rapprochait. Quant à la fille derrière moi, elle avait tout intérêt à ne pas traîner dans mes pattes et à ne pas me déranger pendant que je découperais ce vampire… Et puis, qu’est-ce qu’elle venait faire ici à cette heure-ci de toutes les façons !? Quelle plaie ! Je ne la connaissais pas, mais elle m’embêtait déjà.

[HRP : Arès est l’arme anti-vampire de Shiro et elle ressemble à ça en mode combat => ARES \o/ ]
Revenir en haut Aller en bas
Jena Lordess
Humain & Elève de la Day Class
Humain & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 21
Localisation : Dans les écuries
Emploi/loisirs : dessiner et étudier
Humeur : Timide et douce à la fois, ne crois pas trop aux rêves ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Jena Lordess
Armes [2 Maxi.]: Canif de dix centimètre a double lames, l'une d'elle est anti-vampire.
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Dim 18 Aoû - 12:11


Les battements de son coeur s'accéléraient, la pénombre de la ruelle n'était en rien rassurante. Jena n'avait pas tardé à accélérer le pas. L'idée qu'un vampire puisse la suivre la mettait horriblement mal à l'aise. Surtout si Angi n'était pas là pour la protégée et la pensé qu'elle puisse se faire mordre à nouveau la fit frémir.

" Arrête de trembler!" La voie qui résonna en elle lui rappela une chose, les vampires sont tous les mêmes, assoiffés de sang et enivré par la folie. Jena avait oublié à quelle point sa famille lui manquait, elle avait oublié ce que c'était de vivre avec des humains. Elle avait oublié qui elle devait être.  Mais tendit qu'elle courait en tirant sa lourde valise un jeune homme lui rentra dedans, elle se retrouva au sol avec sa valise ouverte. Toute embrouillée elle regarda autour d'elle, l'odeur frémissante d'un vampire lui confirma ses peurs. Ce dernière n'était pas loin, il attendait au coin de la rue en souriant.

-Elle est ma proie petit ingrat...

Jena frémit sa voie était grave et rauque, son souffle empestait, même s'il se trouvait à une dizaine de mètres, elle pouvait le sentir clairement comme lui avait apprit Angelica. La jeune humaine leva les yeux sur le garçon qui la traita d'imbécile ce qui hérissa le poil du chaton qu'elle était.

- Quoi?! Non mais! Je sais parfaitement ce qu'il y a ici! Je... je pensais juste qu'en venant avec Mademoiselle Lordess... ils n’oseraient pas... m'attaquer même après... son départ...

Elle déglutit en fermant les yeux, tout son corps tremblait tendit qu'elle ramassait ses affaires pour les pousser dans sa valise avant de prendre un collier qu'elle passe à son cou. Ses doigts tremblaient tendit qu'elle glissa ses doigts dans ses cheveux avant de reculer d'un pas en prenant sa valise.

-Donne la moi gamin et je te laisserai la vie sauve...

Jena sursauta avant de regarder l'ombre qui sortait de sa cachette. Ses yeux brisaient la pénombre alors que son sourire dévoilait ses crocs assoiffés. Il empestait la folie du sang, une odeur bien distincte, même si Jena sentait infiniment le vampire, l'odeur de Lordess Angelica, vampire noble. Une marque infime qui ne quitte jamais une proie désignée.

-Cour toujours sang-sue!

La jeune fille répondit franchement, elle semblait brûlée d'une envie de jouer au chat et à la souris qui semblait plus du suicide qu'autre chose.
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Dim 18 Aoû - 20:15

Alors que j’étais parvenu à le prendre à revers, le vampire qui avait suivi cette fille depuis longtemps déjà s’était exprimé. D’après lui, j’étais un ingrat… Euh…il allait vraiment falloir faire quelque chose pour ces créatures. Comment pouvait-on raconter n’importe quoi aussi facilement ? Franchement, j’aimerais beaucoup connaître leur secret parce que j’avais comme l’impression qu’il avait perdu bien plus que la vie au cours de sa transformation en vampire. Et oui, son cerveau avait également subi de lourds dégâts. Je ne voyais vraiment pas en quoi j’étais ingrat ici. Je ne lui devais rien, et encore moins cette fille que je ne connaissais absolument pas. Elle était humaine, c’était tout ce que je savais. Lui ne l’était pas, c’était suffisant pour que je l’empale. Je n’étais pas si difficile que ça dans le fond. Je savais ce que je voulais : je le voulais mort. J’allais donc le tuer. Il n’y avait pas à chercher plus loin : c’était clair comme de l’eau de roche. L’ignorant complètement, j’avais choisi de m’adresser à l’imbécile de fille qui était tombée avec sa valise. La voir se promener seule dans ces ruelles à une heure aussi tardive me laissait vraiment penser qu’elle était aussi bête qu’elle en avait l’air. Elle semblait pourtant d’un avis différent.

D’après elle, elle était parfaitement au courant des vampires qui circulaient dans cette ville. Bien, elle était donc encore plus stupide que je ne le pensais. Non seulement elle était au courant, mais en plus elle avait la naïveté de croire qu’on ne s’attaquerait pas à elle sou prétexte qu’elle était venue avec une certaine Lordess… A l’entendre en parler ainsi, je supposais que celle dont elle parlait était un vampire. C’était l’hypothèse la plus plausible en tout cas. Je levai quand même les yeux au ciel avant de pousser un profond soupir… Encore une fana de ces créatures à tous les coups ! J’avais vraiment du mal à comprendre cette admiration que les humains pouvaient éprouver pour les vampires. Quoiqu’il en soit, elle avait été très naïve sur ce coup-là, on voyait bien qu’elle n’était pas habituée à être attaquée ainsi en se promenant. Et se penser protéger des vampires à cause de la protection invisible d’un autre vampire, c’était vraiment stupide ! Il n’y avait pas à dire, je ne la supportais pas celle-là. Je n’avais qu’une seule envie là maintenant. Vous l’aurez compris, j’avais envie de la frapper jusqu’à ce qu’elle redescende de son petit nuage et qu’elle comprenne qu’il ne fallait jamais raisonner ainsi lorsqu’on faisait face à des vampires !

Ces créatures n’étaient guidées que par leurs instincts et leur soif de sang ! Il n’y avait pas d’honneur, de loyauté ou de respect dans cette race. Il n’y avait absolument rien de tout ça chez eux et c’était ce qui expliquait qu’il faille les éliminer. Supposer qu’ils étaient capables de raisonner comme nous – humains – sous prétexte qu’ils avaient des physiques similaires aux nôtres, c’était là la plus grosse erreur que nous pouvions commettre ! Pire encore, c’était leur faciliter le travail que de supposer – ne serait-ce qu’une seconde – qu’ils étaient capables de penser à autre chose qu’à satisfaire leur propre soif. Alors que ma colère augmentait de plus en plus au fur et à mesure de mes réflexions, j’atteignis le point de non-retour lorsque le vampire s’adressa de nouveau à moi. Non seulement, il m’appelait gamin, ce que je prenais comme une véritable insulte venant d’un être aussi méprisable que lui. Mais en plus, il me prenait de haut en me disant qu’il me laisserait vivre si je lui livrais la fille. Il se pensait donc capable de m’éliminer sans problème. Soit il se surestimait, soit il me sous-estimait. Dans un cas comme dans l’autre, je comptais le découper en morceau. Le bon côté dans tout ça, c’était que la fille derrière moi venait de s’offrir le meilleur bouclier possible dans cette ruelle.

Et oui, il n’était plus question que je laisse ce vampire poser ne serait-ce qu’un fragment de cheveux sur elle. Il ne s’en approcherait plus. Il allait regretter de s’être cru supérieur à moi alors qu’il ne valait rien. Depuis quand les vampires étaient-ils autorisés à prendre de haut les humains ? Il n’avait pas l’air de réaliser qu’il faisait face à un véritable hunter, un Kunimitsu qui plus est ! Lorsque je l’entendis faire savoir à son traqueur qu’il ne l’aurait jamais, un sourire s’afficha sur mon visage. Bon d’accord, ça ressemblait plus à une grimace venant de moi mais bon. Elle avait un minimum de caractère même si elle ne savait faire que tomber pour l’instant. Jouant donc les remparts entre elle et le buveur de sang, je fis quelques pas dans la direction du vampire. Je pointai alors mon arme dans sa direction et lui dis :

« En tant que Hunter, il est de mon devoir de me débarrasser des nuisances dans ton genre… Néanmoins, ce n’est pas pour ça que je t’embrocherai aujourd’hui… – je marquai une pause afin que son cerveau de vampire puisse avoir le temps d’assimiler le début de ma phase. Je poursuivis alors en effectuant un bond dans sa direction prêt à le trancher – Tu m’as pris de haut. Voilà pourquoi tu t’éteindras aujourd’hui. »

Il attendit le dernier moment et esquiva mon coup avant de me contourner pour foncer droit sur la fille qui l’avait provoquée ! Je ne perdis pas de temps et revins juste à temps pour lui trancher un bras, profitant de l’allonge que m’offrait Arès. Je repris alors ma place devant la fille aux cheveux verts afin d’éviter une nouvelle surprise. J’avais réussi à l’atteindre avant qu’il n’arrive à elle cette fois. Mais j’avais fait une erreur en lui sautant dessus dès le début, je m’étais trop précipité. Cette fois-ci, je comptais attendre qu’il fasse le premier pas avant de le décapiter une bonne fois pour toute. Après, il pouvait toujours tenter de battre en retraite maintenant que je lui avais tranché un bras… Mais bon, rien ne lui garantissait que je lui laisse la vie sauve. Histoire de le rabaisser et de rigoler un peu, je déclarai :

« Oublie ta soif pour ce soir vampire…et je te laisserai peut-être la vie sauve… »

J’avais bien dit peut-être. En vérité, je ne comptais pas le laisser s’échapper, je voulais juste le traquer un peu plus longtemps. Je voulais qu’il me fuie et court pour sa misérable vie ! Je voulais qu’il comprenne que sa vie était entre mes mains et que c’était à moi de décider s’il survivait ou non. Je voulais lui montrer ce que ça faisait d’être pris pour cible à son tour. Lui qui se croyait au sommet de la chaîne alimentaire, je tenais à lui faire comprendre à quel point il s’était trompé ! Jetant alors un coup d’œil à la jeune fille, j’ajoutai à son intention :

« Toi là derrière ! Je vais te donner un conseil : redescends de ton nuage! Les vampires sont des vampires. Tu es humaine. Mets-toi bien ça dans le crâne ou tu mourras. »

Traduction, si elle ne s’habituait pas plus vite au fait qu’à partir de maintenant elle courrait un danger à chaque seconde de chaque minute de chaque heure, elle ne ferait pas long feu ici.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Lordess
Humain & Elève de la Day Class
Humain & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 21
Localisation : Dans les écuries
Emploi/loisirs : dessiner et étudier
Humeur : Timide et douce à la fois, ne crois pas trop aux rêves ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Jena Lordess
Armes [2 Maxi.]: Canif de dix centimètre a double lames, l'une d'elle est anti-vampire.
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Lun 19 Aoû - 15:59

Les yeux brillants du reflets de la lune, l'ombre de la nuit assombrissant les traits du visage de la jeune femme qui tira la langue pour attiser d'avantage le feu de l'envie chez le vampire. Elle sentait des fourmillement dans ses mains comme si l'odeur faisait vibrer sa chaire. l'envie de frapper grandissait doucement, l'envie de détruire brûlait sourdement. La colère amassée en silence durant plus de douze ans voulait sortir, exploser en une fois.

Le jeune homme parla, il utilisa le terme hunter comme s'il disait qu'il était policier au justicier. Un terme inconnu qui ne voulait que dire chasseur en anglais. Le vampire arqua un sourcil, il ne comprenait pas ce qu'il voulait dire, pas plus que la jeune Jena qui sombrait doucement dans sa violence intérieure. Devoir, que signifiait encore ce mot? Un besoin de justice de respect des règles et d’obéissance? Est-ce donc ça le devoir? Tout ce mélangeait lentement dans la tête de la jeune fille, ses yeux fixaient le vampire comme si elle allait le dévorer. Elle devenait le chat de son jeu.

Le vampire sourit amusé, il était le chat du hunter, comprenant rapidement qu'il était en mauvaise position il fit un pas de recule pour voir le garçon bondir vers lui. Il évita de justesse le cou pour tendre sa main en élancement vers Jena qui le fixait toujours. La chaire se coupa sous le cou précis du garçon et le vampire n'eut pas le temps d'attraper le cou, il effleura ses cheveux verts. Elle entre ouvrit la bouche pour souffler doucement. " Tu as manqué ta chance..."  Son sourire était aussi glacial et déplaisant qu'elle pouvait le montrer. Le sang tomba au sol tendit que le vampire reculait en fixant méchamment le jeune homme.

- Je vais te faire la peau...

Son regard braise ne quittait pas la demoiselle qui ne bougeait pas d'un pouce. Écoutant silencieusement les miaulements du chaton aux griffes acérés. Il ironisa, la demoiselle retient un fou rire qui refroidit méchamment le vampire, même si son bras refusait de se soigner, le vampire n'en montra aucune surprise. Loin de là, ça l'amusait juste.

Tendit que le jeune homme parlait au vampire bien attentif à ce que faisait la demoiselle, cette dernière se mit a tourner sur elle même faisant danser sa robe sous le mouvement avant de s'arrêter pour écouter l'ingrat. Elle attendit un moment avant de rire bien amusée totalement différente d'il y a quelque instant, elle sortit un petit canif de la poche de sa sublime robe rouge. En faisant sortir la lame elle fit deux pas vers le vampire, la pénombre cachait presque tout, par chance l'axe de la lune était parfaitement placé pour que le sol sois visible.

Le vampire avança vers le garçon avant de se cacher dans l'obscurité pour disparaître en laissant son rire résonner. Jena regarda le jeune homme avant de fermer les yeux écoutant chaque son de la nuit avant de se tourner. Le vampire venait de se glisser derrière elle en contournant l'hunter.

-Je te tiens.

Il l'attrapa sèchement au cou alors qu'elle souriait avant de venir planter son petit couteau dans son épaule bloquant le simple mécanisme de l'articulation.

-Non, c'est lui qui te tien.

Visant le jeune homme dans sa phrase, Jena ferma les yeux en riant doucement amusée de la tournure.
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Mar 20 Aoû - 1:20

Cette fille avait changé de caractère en l’espace de quelques secondes. Ce n’était plus du tout la même personne tout à coup ! Alors que tout à l’heure, elle avait l’air un minimum paniquée, voilà qu’elle jouait avec le vampire en le provoquant ouvertement. Elle se foutait littéralement de celui-ci et semblait persuadée – ou pas – que celui-ci ne parviendrait pas à l’avoir. Que lui arrivait-elle ? D’où sortait-elle une telle confiance ? Ou plutôt, pourquoi j’avais comme l’impression qu’elle avait perdu la tête ? Elle ne ressentait plus la peur ou alors ça lui plaisait tout à coup. D’ailleurs, elle ne semblait même pas choquée du fait que je vienne de trancher le bras d’un vampire juste devant elle. L’arme que j’avais à la main ne l’interpellait pas plus que ça non plus. Le fait qu’on veuille la croquer et la vider de son sang non plus… Qui était cette fille ? OK, elle était au courant pour les vampires et il était fort probable qu’elle ait vécu ne serait-ce que quelques temps avec l’un d’eux. Néanmoins, cela ne voulait en aucun cas dire qu’elle avait assisté à des combats comme celui que j’effectuais face à elle.

Et pourtant, elle était là tranquille à rigoler comme si de rien n’était. On aurait limite dit qu’elle assistait à un spectacle comique. Or, un duel n’avait rien de drôle. Encore moins un combat à mort entre un Hunter et un Vampire ! Irrécupérable. Il n’y en avait vraiment pas une pour récupérer l’autre. Stupides, inutiles et incapables. C’était bien comme ça que mon père m’avait décrit les femmes et j’avais appris à être d’accord avec lui. Une nouvelle fois, je voyais qu’il avait raison. Celle-ci n’était vraiment pas bien. Pas bien du tout même. Voilà qu’elle se mettait à danser derrière moi en plus ! Complètement folle ! Elle était bel et bien sur son nuage. Elle ne réalisait pas du tout la situation dans laquelle elle se trouvait. Un peu plus et elle se serait sans doute mise à danser. Le truc, c’était que je l’aurais assommée à ce moment-là. Ma patience avait des limites. Ma tolérance ici plutôt. Et déjà qu’elle me dérangeait par sa présence, sa naïveté et son absence – louche – de peur, il ne manquerait plus qu’elle devienne lourde en se mettant à faire trop de bruit.

Tandis qu’elle se rapprochait du vampire, et donc de moi par la même occasion, j’avais remarqué qu’elle avait sorti une lame de je-ne-savais-trop-où. N’étant pas une fille, je ne savais pas du tout comment on pouvait planquer un canif dans une robe, et honnêtement, je n’en avais strictement rien à faire… Quoiqu’il en soit, je n’aimais pas trop le fait qu’elle ignore mes avertissements et cherche ainsi à se confronter à la créature des ténèbres. Ah la la… Pourquoi me forçais-je à la protéger déjà ? Ah oui ! Parce que ce vampire voulait la tuer et que je voulais lui montrer qui commandait. Quelques secondes plus tard, le vampire disparut dans le noir. Pff… Depuis le temps que nous les Hunters existions, j’aurais pensé que les vampires auraient compris qu’on était capable de « sentir » leur présence. Qu’ils se planquent ou pas, mon sixième sens ne me tromperait pas et me révèlerait  toujours sa présence s’il était à proximité. Ainsi, s’il tenait vraiment à se cacher de moi, il lui faudrait quelques centaines de mètres au minimum. Autrement, il serait toujours trahi par son aura vampirique en quelque sorte.

Suivant donc le parcours que celui-ci effectuait sans avoir besoin de le voir, je compris de suite qu’il m’avait contourné pour se placer derrière elle et l’attraper. Bon, il venait d’effectuer sa dernière action de toutes les façons. Certes, il avait fini par l’atteindre malgré ma présence. Cependant, cette fille ne présentait toujours pas le moindre signe de peur… Elle n’avait rien à voir avec les membres précédents de la gente féminine. Vraiment rien à voir. Ce qu’elle fit alors me surprit encore plus : elle venait de le planter sans sourciller avec son arme. Vu qu’elle n’était pas une Hunter, elle ne devait pas posséder d’arme anti-vampire. Sa lame ne devait donc pas faire grand-chose à celui-ci. Ce n’était pas nécessaire de toutes les façons car comme elle le disait si bien, c’était moi qui porterai le coup final. Alors que le vampire tournait d’un coup sa tête vers moi, comprenant qu’il s’était fait avoir, il ne vit pas le coup venir. Il perdit alors son deuxième bras, celui qui tenait la fille par le cou. Effectuant un moulinet avec mon arme, j’enchainai avec un coup au niveau des genoux de celui-ci, lui tranchant ainsi les jambes par pur plaisir.

Il était vrai que j’aurais pu le décapiter simplement et en finir. Mais je n’aurais alors pas été satisfait. Je voulais qu’il souffre, qu’il comprenne le plus longtemps possible qu’il allait mourir et qu’il n’y pouvait rien. Après lui avoir tranché les jambes, je passai à la taille et le coupai simplement en deux, avant de finir par lui trancher la tête pour l’achever. D’un mouvement sec du poignet, je retirai le sang de mon arme avant de lui rendre son apparence d’origine, celui d’un simple objet, que je rangeai dans ma poche.  Pendant ce temps, les restes du vampire furent réduits en poussières, comme c’était toujours le cas lorsque l’un d’entre eux était éliminé. L’avantage, c’était que ça ne laissait pas vraiment de traces, il suffisait qu’il y ait un peu de vent pour que tout disparaisse. Et bah, ça faisait plaisir de ne pas être mordu. C’était vraiment rare les affrontements où je ne l’étais pas. D’ailleurs, j’avais bien de la chance de ne pas me retrouver face à des Sang Purs. Sinon, ça ferait belle lurette que je serais devenu un vampire. Or, les non sang purs ne pouvaient transformer ceux qu’ils mordaient, ce qui était une excellente chose. Me tournant alors vers la jeune fille aux cheveux verts, je me rapprochai d’elle et me stoppai à quelques centimètres seulement.

« Hmm… Qu’est-ce que tu fous ici ? »

J’attendais maintenant une réponse de sa part. La menace avait été éliminée. Cependant, j’étais toujours là et je comptais bien obtenir des réponses à mes nombreuses interrogations. Elle agissait bien trop bizarrement pour que je laisse passer ça. Ses actions avaient éveillé ma curiosité et je n’étais pas du genre patient. J’espérais donc qu’elle me répondrait vite et sans tourner autour du pot. Qui était-elle vraiment ?
Revenir en haut Aller en bas
Jena Lordess
Humain & Elève de la Day Class
Humain & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 21
Localisation : Dans les écuries
Emploi/loisirs : dessiner et étudier
Humeur : Timide et douce à la fois, ne crois pas trop aux rêves ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Jena Lordess
Armes [2 Maxi.]: Canif de dix centimètre a double lames, l'une d'elle est anti-vampire.
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Mar 20 Aoû - 18:46

Il faisait noir, si noir, c'était un noir sans vie, sans espoir, même les pensés les plus chaleureuses disparaissaient dans une telle noirceur. Jena était là, debout sur un sol inexistant, recouverte d'un léger voile blanc grisé, elle attendait. Calmement et silencieusement, elle écoutait, elle dormait pourtant elle regardait. Elle voyait sans voir, elle entendait sans sons, elle dormait sans fatigue. Elle savait sans savoir, l'endroit où elle était, était une prison en elle. La sombre Jena l'enfermait dans ce lieu sans espoir ni raison. Elle voulait qu'elle se sente faible perdue. Piégée dans un lieu inconnu, mais depuis le temps qu'elle y allait, elle connaissait mieux l'endroit que la sombre être qui vivait avec elle.

Doucement, Jena ouvrit les yeux, elle attendait ce point de lumière. Alors qu'un chemin arrivait sous ses pieds, elle avança vers la lumière qui s’intensifiait doucement. Cette fois c'était si différant, la lumière n'était pas blanche comme celle du jour, ni même argentée comme la lune, elle était rouge comme le sang. Mais Jena continua d'avancer, alors que la lumière la recouvrait, un paysage se dessina, un jardin. Autre fois calme et paisible, il avait des fleures de part et d'autre du petit sentier. Il y avait un petit ruisseau plus loin, aussi. Mais cette fois, il y avait juste de la terre, déserte et sèche, elle semblait brûlée.


La demoiselle regarda le bras partir en poussière, attrapant cette dernière pour la regarder, ho qu'elle aimait tant cette chose signe de mort. Elle aurai tellement aimée LE faire partir en poussière. Cet être infame qui se servait d'elle, qui buvait son sang toutes les nuits pendant tant d'années. La simple pensée de le voir la supplier la faisait sourire. Pourtant, alors qu'elle regardait la créature se faire tailler en pièce, elle ne souriait pas. Elle la fixait avec dégoût et mépris. Jouissant intérieurement d'en voir un mourir. " Créve! Tues le vas y ! Tues le!! Ses pensées brûlaient à en faire mal à son autre elle.

Elle regarda autour d'elle, la terre brûlée était morte, en se penchant pour toucher le sol, elle trouva un vestige du petit jardin. Ce beau rêve prenait une fin bien tragique, même si elle n'en voulait pas à cette autre elle même, elle gardait un gout amer en bouche, une déception. Un regret profond qui n'était pas plus qu'une simple idée. Jena n'en voulait pas à elle, elle ne lui en voulait pas de lui sauver la vie, de la protéger d'une manière si étrange. Elle ne lui en voulait même pas d'avoir un jour blessé Angelica. Mais ce passé bien sombre, la faisait doucement sourire.
" Un jour tu comprendras Jena... Un jour, tu me comprendras." Sa voie résonna dans immensité stérile de vie.


Les yeux or de Jena fixait les cendres, elle leva les mains pour les regarder s'envoler, sur ses doigts un liquide rougeâtre se dessinait au claire de lune. Elle ramena ses mains près de son visage pour glisser ses doigts sur ses lèvres alors que inexécution, qui avait tournée à l'acharnement, prenait fin. Le bruit de la lame sifflait a travers l'air, elle goûta doucement ce sang vampirique. Il avait un gout si ferreux, si mort. Elle en avait déjà goûté et ça lui plaisait, étrangement, elle aimait ce drôle de goût.

Elle redressa les yeux sur le jeune homme qui ne se trouvait plus cas quelque centimètre d'elle. Il lui psa une question qu'elle ignora en passant a coté de lui. Entre les cendres brillait ce qu'elle allait chercher, son précieux canif que lui avait offert Lordess. Un petite bijou qui cache bien son jeu d'arme. Une autre lame était cachée dans celui-ci, une lame capable de blesser sa propre espèce. L'autre lame ne résonnait pas comme celle d'une lame qui tue les vampire, mais elle en était une malgré les apparences. Jena rangea son petit jouet dans sa poche.

- Je suis venu pour intégrer la Cross Académie. Mon nom est Jena Lordess.

Si le vampire avait entendu son nom, il aurait ceux qu'elle était la protégée d'Angelica Lordess et qu'elle avait été le repas d'un des plus nobles vampires. Les actions de sa sauveuse avait fait beaucoup de bruit, mais ici bas, elle n'était autre qu'une simple humaine. Sans même lui jeter un regard elle s'inclina, ses longs cheveux dégagèrent sa nuque pour laisser apparaître de petites cicatrices. En plein jour l'on aurait peut les distinguer clairement malgré la pâleur de sa peau. elle se redressa doucement en souriant calmement.

-Merci de votre aide. Je n'aurai peu l'avoir, même si ma vie n'était pas en danger. Je ne crains pas un futile vampire comme lui. Mais dites moi quel est votre nom jeune tueur de vampire.

Sa langue glissait comme elle l'aurait fait face à un sang pur qu'elle menacerait, douce et d'une grande distinction elle n'avait pas plus peur de lui que du vampire.

Jena releva les yeux vers le ciel, rouge lui aussi, Elle frappa dans ses mains en fermant les yeux pour doucement chantonner dans un latin parfait. Deux portes descendirent du ciel, elles étaient en bois, un bois noir et délicatement orné d'argent. Elle ouvrit les portes pour venir reprendre le contrôle de ce corps qui est sien.

- Ou suis-je?!

Sa voie redevient paniquée, elle regarda ses doigts avant de hurler de peur pour reculer et tomber au sol en tremblant. Son pire cauchemar était là sur ses mains, plus sombre que sa robe, elle avait plus peur que jamais. Le sang lui rappelait sa vie de captive torturée. Une vie sans aucune connaissance du monde qui l'entour, une vie de douleur et de peur, de silence et d’obéissance.
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Mer 21 Aoû - 23:43

Le duel, si on pouvait l’appeler ainsi, était terminé. J’avais vaincu le vampire sans même avoir transpiré, preuve que celui-ci était extrêmement faible dans la hiérarchie vampirique. Sûrement un level D. Certes, il avait cherché à s’abreuver ce soir, mais il ne m’avait pas semblé si assoiffé que ça. En fait, il avait même été suffisamment maître de lui-même pour tenter de négocier au lieu de directement lui sauter au cou. Il avait pris le temps de la traquer durant plusieurs minutes avant d’amorcer une attaque, certainement pour éviter de tomber sur quelqu’un comme moi ou par simple désir de jouer les prédateurs. Quoiqu’il en soit, le corps du vampire retourna à la poussière tandis que la fille aux cheveux verts agissait de nouveau bizarrement. Voilà qu’elle léchait plus ou moins ses doigts pour goûter à quelque chose de rouge… Du sang ? Ce n’était pas le mien, et elle n’avait pas été blessée non plus. Le sang du vampire ? Beurk ! Elle allait tomber malade, ou plutôt, elle deviendrait encore plus folle qu’elle ne l’était déjà !!

Je m’étais donc rapproché d’elle pour obtenir des réponses aux questions que je me posais. Elle m’ignora complètement et passa à côté de moi pour récupérer quelque chose. Ce n’était pas la première fois qu’on faisait mine de ne pas me voir. En fait, c’était même une habitude chez moi que de faire fuir les gens. Mon caractère n’avait jamais été apprécié à sa juste valeur dans l’Académie Cross. On évitait ma présence, on la redoutait presque. Les rumeurs circulaient assez vite là-bas. Néanmoins, personne n’osait trop en parler pour éviter d’être ma prochaine victime. Personnellement, tout ça me plaisait. Je profitais de ma position de Chargé de discipline pour embêter les plus faibles qui étaient les moins prompts à se plaindre. Il n’y avait donc que ces petites rumeurs. Bref, rien de bien important. Le Directeur ne m’avait jamais convoqué dans son bureau pour me parler de tout ça, je supposais donc que ce n’était pas encore parvenu à ses oreilles ou alors qu’il n’y croyait pas. Dans le pire des cas, il me surveillait de loin. Je savais me montrer discret de toutes les façons, je n’avais donc pas à m’en faire pour tout ça.

En attendant, le fait qu’elle m’ignore ne m’étonna pas et ne me dérangea pas non plus. J’y étais habitué. Et le fait que je me rapproche à ce point des gens pour les rendre mal à l’aise donnait presque l’impression que je cherchais ce type de réaction chez les autres. Après avoir récupérer son arme, elle finit par me répondre. Je poussai un profond soupir en l’écoutant… Encore une élève. Une naïve en plus ! C’était plus possible tout ça. Plus le temps passait et plus j’avais l’impression que les humaines de l’Académie étaient les plus insouciantes et influençables de la ville ! Même parmi les Chargés, la majorité ne partageait pas mon avis sur les vampires qu’il fallait éradiquer… J’eus un petit sourire en la voyant s’incliner devant moi. Ah enfin ! Voilà qui la faisait remonter dans mon estime ! Enfin une personne qui me saluait comme je devais être salué. Hmm… C’était quoi sur sa nuque ? Des cicatrices ? Elles ressemblaient étrangement aux miennes… Ainsi, elle aussi avait été mordue. En même temps, elle traînait avec un vampire si j’avais bien compris. Il n’y avait donc rien d’étonnant à ce qu’elle en paie le prix.

Elle me remerciait. Jusque-là, il n’y avait rien d’étrange. Elle savait qu’elle n’aurait pas pu le vaincre elle-même. C’était dur d’être une fille. J’étais vraiment content d’être un mec. Certes, il y avait des hunters femelles. Néanmoins, j’étais d’avis qu’elle représentait l’exception à la règle. Elles étaient dignes d’être respectées, non pas au point d’être traitées comme nos égales, mais suffisamment pour que je leur adresse la parole sans exprimer de mépris envers elle. La suite de sa phrase me laissa perplexe. D’après elle, sa vie n’était pas un danger car elle ne craignait pas un vampire comme lui. Yep, je ne m’étais pas trompé. Ce n’était plus du tout la même personne. Tout à l’heure, elle avait bien dit qu’elle ne pensait pas être attaquée car elle était censée être protégée par l’influence d’une certaine « mademoiselle Lordess ». Je levai les yeux au ciel dans l’espoir d’y trouver une réponse à mes questions. Pourquoi s’adressait-elle à moi comme si elle avait une trentaine d’années de plus ?? Puis revirement à 180° ! Elle était de nouveau paniquée et en pleine crise de panique on aurait dit. Elle regardait ses mains et tremblait. Vraiment ? On se foutait de moi là ! L’avantage, c’était que celle-ci semblait plus docile que l’autre. Je n’avais plus d’autre choix que de me la mettre dans la poche en jouant les gars sympas. Pitié, faites que je ne vomisse pas pendant ma prestation…

Mon expression passa alors d’un mélange d’incrédulité et d’exaspération à un mixte entre l’inquiétude et la surprise. Je posai alors un genou à terre et me plaçai près d’elle précipitamment pour – faire mine de – l’aider. Je pris alors ses mains dans les miennes et cherchai à croiser son regard.

« Jena, Jena ! Regarde-moi ! Ce n’est rien ! Tu es en sécurité avec moi. Ne t’inquiète pas, on va essuyer tout ça. Ce n’est qu’un peu de peinture  – bon d’accord, il y avait mieux comme mensonge bidon. Sortant un mouchoir de ma poche, j’entrepris d’essuyer ses mains avec tout en la rassurant – Shh… Tu n’as pas à t’en faire. Tout va bien. Mon nom est Shiro Kunimitsu, et si tu veux bien, je peux te conduire à la Cross Academy. »

J’avais honte. J’avais si honte de moi. Non, je n’avais pas honte de jouer la comédie et de lui mentir. J’avais honte de m’abaisser à ce point surtout ! M’abaisser au point de chercher à la rassurer alors que j’avais juste envie de lui foutre des baffes pour qu’elle arrête de changer de personnalité… Continuant de lui essuyer les mains avec mon mouchoir donc, je regardai derrière elle : il y avait sa valise. Jouant toujours le rôle du gars avenant et rassurant, je continuai :

« Tu peux te lever et marcher ? Ta valise est prête je crois, non ? »

Je me relevai alors, serrant toujours ses mains dans les miennes, prêt à l’aider à se relever si elle en avait la force. Je me demandais si elle se souvenait de tout ce que son autre elle avait vu et dit ou pas… C’était vraiment étrange tout ça.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Lordess
Humain & Elève de la Day Class
Humain & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 21
Localisation : Dans les écuries
Emploi/loisirs : dessiner et étudier
Humeur : Timide et douce à la fois, ne crois pas trop aux rêves ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Jena Lordess
Armes [2 Maxi.]: Canif de dix centimètre a double lames, l'une d'elle est anti-vampire.
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Jeu 22 Aoû - 14:01

La peur et la douleur. Le pire des mélanges, sa tête lui faisait mal, comme ci elle avait manger trop vite une glace et qu'elle ne s'était pas arrêtée, se pincement glacial qui se produit quand le froid gel la partie la plus fragile de la bouche. Cet endroit qui n'est que recouvert d'une fine peau avant de donner sur l'os puis sur le cerveau. Cet endroit si sensible au changement de température que même une simple glace peu devenir insupportable. Ensuite, il fallait du temps, tellement de temps pour que le sang réchauffe et commence a faire partir la douleur, se simple procédé, ne semblait pas venir. La douleur laissait un arrière gout de fer avec elle. Non, ce gout de fer venait du sang, elle le savait parfaitement, a chaque fois que son autre elle tuait un vampire, elle goûtait un peu de son sang. C'était sa manie, ça manière de faire les choses. Ce petit rituel avait un sens bien particulier. Comme pour les mangeurs d'hommes, quand on battait son adversaire, on le faisait vivre en sois en mangeant un morceau du vaincu. Pour elle s'était la même chose, elle montrait sa force et sa détermination en goûtant le sang du vaincu marquant ainsi sa force.

Pourtant le sang n'était pas que le synonyme de la mort. Pour certain il est la couleur de la passion, pour d'autre il est la vie qui circule dans les veines, pour quelqu'un comme Jena, il est la danger. Le danger pur et brute, le souvenir de l'anémie la plus forte, de la douleur interminable, des souvenirs arrachés. Il représente une peur immense qui ne fait que grandir à chaque contacte. Plus fort et plus dangereux encore, le simple fait d'en voir une goûte rappelle les douloureuses morsures, les ravivant inconsciemment.

Jena fermait les yeux en essayant de se cacher le visage de ses bras, pétrifiée par la peur, elle en pleurait. Elle pleurait la douleur et la peur, l'envie de disparaître par n'importe quel moyen même si ça veut dire mourir. Elle suppliait intérieurement que ce cauchemar cesse, que le sang disparaisse. Un vœu qui se réalisa. le jeune homme attrapa ses mains, sa voie mentait, mais d'un si beau mensonge qu'elle se força a y croire. De la peinture, ce n'était pas si bête que ça. Il faut dire qu'elle avait déjà tout entendu avec Angelica, mais de la peinture?! Jamais, elle ne savait même pas qu'il existait de la peinture rouge. Elle ignorait qu'il était, mais le simple fait de sentir ses mains sur les siennes la rassura pour la calmer doucement.

Son nom résonna en elle comme un écho, un beau nom, si beau, elle n'en avait jamais entendu de si beau. " Pas mal comme nom, Shiro Kunimitsu " La voie de son autre elle pensa si fort qu'elle l'entendit. Qu'elle peste celle là, elle est vraiment énervante quand elle si met. Mais c'était ainsi, ainsi depuis un ans, depuis qu'Angi l'avait sauvée, depuis qu'elle redécouvrait ce monde et qu'elle vivait enfin. Alors ce n'était rien d'autre qu'une conséquence d'une liberté tant désiré. Même si ce n'était absolument pas normale qu'elle ait un telle dédoublement de la personnalité, pour elle s'était simplement comme ça, il n'y avait rien de plus a dire car elle n'en savait pas plus.

Jena se releva doucement avec son aide, elle était déboussolée, avant elle se voyait comme si elle était divisée en deux, mais depuis plusieurs mois, elle se retrouvait enfermée en elle. C'était d'abord juste du noir puis un petit jardin de plus en plus beau qu'elle fascinait elle même, mais cette fois c'était un désert. Cela inquiétait un peu, mais ça en plus. Pourtant cela ne l'étonna pas qu'il sache qu'elle voulait aller a l'académie, et encore moins qu'il connaissait son nom.

La demoiselle ouvrit les yeux pour le regarder encore fort apeuré si elle avait été un chien elle aurait la queue entre les jambes et la tête proche du sol, par chance ce n'était pas son cas. Même si elle tremblait encore, elle serra doucement les mains du jeune homme avant de regarder après sa valise. Si elle, elle changeait lui, il jouait plutôt bien la comédie, même si elle voyait a travers son jeu. Ce n'était pas comme si elle n'avait jamais croisée un menteur, elle le sentait aussi simplement que ça, elle sentait le mensonge comme elle sentait les vampires. Elle voyait dans les yeux les vagues reflet de la vérité, sauf que cette fois ils n'étaient pas rouge, mais noir.

Elle lâcha ses mains en baissant les yeux pour aller chercher sa valise, ses mains tremblaient encore si fort, son coeur battait a tout rompre, mais elle ne disait rien. Jena souleva juste sa lourde valise après avoir vérifier qu'elle avait bien tout remit dedans. Ses yeux glissèrent sur le sol, elle pencha un instant la tête, quelque chose venait de briller près du mur. Toujours en silence elle alla ramasser le petit objet qui n'était autre qu'une bague. Étrangement elle lui disait quelque chose. Elle avait du mal à se souvenir, mais l'objet lui inspirait un certain respect. Elle le glissa à son pouce pour le regarder un moment avant d'aller reprendre sa valise et revenir vers le garçon.

-Merci... Je... je vous dois surement la vie... Merci beaucoup Monsieur Kunimitsu, mais je ne veux pas vous importuner... Si vous ne voulez pas m'aider plus je le comprendrai... Je suis désolée...

Sa voie tremblait entre hésitation et peur, elle ne savait rien de lui, mais le simple fait qu'il mentait la mettait encore plus en garde que face au vampire. Sans doute par habitude, elle ne les voyait plus comme des monstres obsédé par le sang, elle les voyait tel qu'ils étaient vraiment, des êtres perdu dans leurs tourments. Peut-être se trompait-elle? Mais ces êtres avaient perdu quelque chose, quelque chose dont l'absence les tourmente et les rends si agressif. Angi lui avait dit qu'une fois seule, elle ne pourrait compter que sur elle même. Vampire et humain se haïssent car l'un se croit plus fort que l'autre alors qu'ils sont égaux par leurs cruautés.
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Sam 24 Aoû - 21:43

Cette fille était vraiment étrange. Cela devait être la première fois que je faisais la rencontre d’une personne possédant deux personnalités bien distinctes. D’après ce que je savais, ce genre de phénomène faisait généralement suite à un évènement traumatique. Un rapport avec la cicatrice visible sur sa nuque ou pas du tout ? Si tel était le cas et que sa seconde personnalité avait fait suite à une agression de la part d’un vampire, ça en disait vraiment très long sur sa faiblesse psychologique. Bien sûr, je ne connaissais pas les circonstances de cette attaque. Néanmoins, je m’en foutais complètement. Pour moi, elle restait faible. Elle le prouvait d’ailleurs avec sa réaction soudaine face à son doigt couvert du sang qu’elle avait goûté deux secondes avant. Comment pouvait-elle réagir aussi violemment face à une goutte de couleur rouge ? C’était vraiment du n’importe quoi ! Sa seconde personnalité, quant à elle, avait l’air d’être tout le contraire de la première. Aucune peur du sang ou du vampire, c’était plutôt le contraire d’ailleurs même. Goût pour le risque, la provocation et le sang de la créature une fois éliminée…

Ce phénomène – considéré comme une maladie mentale pour la plupart – éveillait grandement ma curiosité. Bon d’accord, j’avais dit que je me fichais des circonstances de cette seconde naissance dans son esprit. Le truc, c’était que ce n’était pas tout à fait vrai. Cependant, il n’y avait que ce trait particulier chez elle qui m’intéressait. Ainsi, tout ce qui pouvait avoir un rapport avec celui-ci devenait un minimum intéressant. Histoire de satisfaire ma curiosité donc, je m’étais forcé à jouer la comédie afin de simuler une bonne raison de rester avec elle. Bah oui, avec mon caractère naturel, elle se serait sûrement barrée en courant !! Le prix à payer était vachement lourd quand même vu que je me trouvais actuellement à ses côtés, un genou à terre, mains dans les mains… Et la cerise sur le gâteau, c’était que je donnais l’impression de m’inquiéter pour elle et de vouloir l’aider. D’un point de vue extérieur, on aurait vraiment dit que je cherchais à l’aider, voire même à la protéger puisque juste avant j’avais tué un vampire prêt à la mordre… Ah la la, si mon père me voyait. J’étais certain qu’il me foutrait une baffe avant de me traiter de tous les adjectifs voulant dire ‘’faible’’ !

En même temps, je le comprendrais largement. A moins de lui expliquer ensuite les raisons de mes paroles et actions, il ne croirait qu’à ce qu’il verrait. Quoiqu’il en soit, je prenais sur moi tant que ça marchait. J’avais de bonnes raisons de croire que la peureuse que j’avais face à moi me croirait. Après tout, si elle ne se rappelait jamais de ce qu’il se passait quand l’autre prenait le dessus, elle n’avait aucune raison de se méfier de moi. Elle devait juste penser que je l’avais bousculée involontairement pour détruire le vampire. Idem pour le fait que je l’aie traitée d’imbécile. Même un héros avait tendance à gueuler sur les demoiselles en détresse, surtout quand celles-ci se mettaient en danger bêtement. Bref, tout ça pour dire qu’elle n’avait aucune raison logique de ne pas me croire. Elle comptait bien sur un vampire pour la défendre après tout, non ? Pour moi, on ne pouvait être sain d’esprit et faire plus confiance à un vampire qu’à un humain. Ah mais oui ! J’avais complètement zappé ce détail : elle avait deux personnalités ! Traduction : elle était loin d’être saine d’esprit… Après, il y avait sa seconde personnalité qui m’avait l’air plutôt sûre d’elle. Elle, j’étais certain qu’elle aurait vu dans mon jeu très facilement. Elle m’avait vu découper le vampire en morceau après tout.

Elle s’était finalement relevée et m’avait lâché les mains. Enfin ! Elle se dirigea ensuite vers sa valise pour la récupérer. Elle fut alors distraite une nouvelle fois. Par quelque chose de brillant cette fois-ci par contre. Franchement, comment pouvait-on être attiré par tant de trucs sans grand intérêt… Je ne la comprenais vraiment pas. Une voleuse en plus. Non seulement elle buvait son sang, mais en plus elle lui piquait sa bague ? Bon, ce n’était pas ce qui importait pour moi de toutes les façons. Elle me remercia une nouvelle fois malgré sa voix tremblante. Se méfiait-elle de moi ? D’accord, il faisait nuit et j’étais un total inconnu pour elle. Mais bon, que fallait-il faire pour qu’elle se détende un peu  

« Nul besoin de me remercier voyons. C’est mon boulot de protéger les humains des vampires. – c’était la vérité pour le coup. Même si je prenais un grand plaisir à découper les vampires en morceaux, ça restait un devoir avant tout. – Il est donc normal que je te mène à ta destination, non ? Ce serait bête que tu te fasses mordre une minute après t’être séparée de moi… Tu seras en sécurité à l’Académie. Je t’y emmène donc. »

Lui emboîtant alors le pas, je pris aussitôt la direction de la Cross Academy en marchant sans me presser. Elle tremblait encore et une marche lente devrait l’aider à se calmer un peu. Une marche rapide ne l’aiderait en rien à ralentir son rythme cardiaque en même temps… Continuant de marcher en m’assurant qu’elle me suivait bien, je continuais de me maudire. Et oui, jouer un tel rôle, c’était de pire en pire à chaque minute. Je me fichais complètement qu’elle vive ou meure, je voulais juste qu’elle satisfasse ma curiosité. Bien entendu, maintenant que j’avais décidé de la mener à l’Académie : je le ferai. Quand bien même elle ne me répondrait pas, je l’y mènerai tant qu’elle me suivrait. J’assurerais même sa survie pendant le trajet. Si c’était pas sympa de ma part ça ! Surveillant son état du coin de l’œil, je finis par lui demander :

« Dis-moi, qu’est-ce qui te faisait penser que cette ‘mademoiselle Lordess’ empêcherait le vampire de te tuer ? »

Une question toute simple pour commencer. Je ne demandais qu’une réponse honnête en retour. C’était tout.
Revenir en haut Aller en bas
Jena Lordess
Humain & Elève de la Day Class
Humain & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 21
Localisation : Dans les écuries
Emploi/loisirs : dessiner et étudier
Humeur : Timide et douce à la fois, ne crois pas trop aux rêves ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Jena Lordess
Armes [2 Maxi.]: Canif de dix centimètre a double lames, l'une d'elle est anti-vampire.
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Dim 25 Aoû - 13:36

Pourquoi avait-elle l'impression qu'on lui mentait, encore et encore des mensonges ou se trouvait donc l'honnêteté, honnêteté, l'honnêteté qu'était-ce en réalité, la jeune Jena voyait bien qu'il mentait, il était un menteur comme tous les vampires, tous sauf Angi, elle elle ne mentait pas quand elle disait qu'elle la sortirait de son cauchemar. Elle ne mentait pas quand elle disait qu'elle pouvait avoir confiance en elle. Elle ne mentait pas, elle ne mentait pas contrairement au autre. Tous les autres n'étaient que des menteurs. D'horrible menteur qui ne pense qu'a eux, ils mentaient tout le temps pour tous. Alors comment pouvait-elle se sentir en sécurité près de ce dit " Shiro" qui lui mentait? Pourquoi tant de mensonge?  Il était si cruel de mentir alors qu'elle voulait savoir la vérité, alors qu'elle voulait découvrir ce monde. Il était si cruel de la prendre pour une simplette ou une idiote nuageuse. Pourtant elle voulait le croire tellement qu'elle se laissait aller.

De plus il disait la vérité, tuer des vampires était son travail, son job, c'était horrible, certain vampire comme Angelica ne visait pas à faire mal aux humains. ces vampires visaient à les protéger alors pourquoi tant de plaisir dans sa voie quand il dit l'horrible vérité. Mais sa voie était ironique, il n'en avait rien a faire qu'elle se face tuer après qu'il l'ait laissé, tant qu'il pouvait faire du mal... Il était même plus cruel que le vampire qui voulait lui faire du mal. Elle reculait d'un pas, il lui faisait peur, plus peur que le sang même.

" Arrête de jouer la peureuse! Tu sais qu'on peut lui faire du mal en quelque instant alors arrête d'avoir peur! " Elle avait raison, c'était si facile de faire mal à un humain, les vampires étaient plus solide et même si elle n'avait pas beaucoup de force, elle savait un peu se défendre.. Mais la douce Jena ne voulait pas, elle n'osait pas, elle voulait fuir. Encore fuir toujours fuir. Pourquoi fuir?

Jena le suivait alors en silence les yeux baissé elle aurait aimé courir pour aller disparaître dans un petit trou de souris. Mais même la souris ne peut éviter de se faire attraper par le chat. Ou plutôt les chats. Ils tournaient autour de la petite souris attendant calmement le moment venu pour l'attraper, pour jouer avec et la tuer. Jena savait que c'était elle la souris, qu'elle serait une souris avant de devenir un tigre. Elle restera toujours la petite souris jusqu'à ce que le tigre en elle la dévore.  Et ce tigre portait le même nom qu'elle. Un tigre sanglant et méchant, un tigre qui n'a peur de rien.

Elle fut sortie de ses pensées par la question de Shiro. Même si elle ne voulait pas y répondre, elle ne garda pas le silence pour autant.

-On est suivit...

Les chats tournaient autour de la sourit qui les attiraient malgré le chien qui était présent. Qu'il horrible jeu se tramait-il ? Elle savait qu'ils n'étaient pas dénué de leur raison, ils avaient été envoyé par quelqu'un qui venait de retrouver sa trace, quelqu'un à qui elle a été arraché pour être sauvé. Si seulement Shiro n'était pas venu la sauver, il ne serrait pas pris dans ce problème qui porte le nom de vampire obstiné.

Elle s'arrêta en relevant les yeux pour regarde le jeune hunter avant de tourner son regard vers les toits derrières eux, des ombres s'arrêtèrent, ils n'étaient pas aussi futé que le premier venu, mais ils étaient bien plus agressif. Et au vu de leur déplacement ils allaient attaquer en groupe. Jena lâcha sa valise et ferma les yeux. " Que va-t-on faire?Je n'aime pas ça, j'ai peur.. " " Je vais m'en occuper. Espérons que ce Shiro arrivera à s'en occuper" Jena r-ouvrir les yeux avant de se tourner vers Shiro, un sourire amusé se glissa sur ses lèvres.

-Il y a quelque chose sur les toits. Je doute que ce soit des chats.  

Alors qu'elle faisait face au garçon elle glissa ses doigts dans la poche de sa robe pour sortir son petit canif, son regard brillait sous la lumière de la lune. Elle devenait le tigre et elle voulait attraper les chatons qui en voulaient à la souris. La sourit qu'elle était et la sourit qu'elle restera. C'est pour ça qu'elle avait ce petit canif, un vrai petit cadeau de la part de sa belle protectrice...
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Jeu 29 Aoû - 22:12

Le vampire qui l’avait suivie étant maintenant éliminé, j’avais décidé d’en apprendre plus sur cette fille qui m’intriguait. Puisqu’il était très rare que je trouve quelque chose d’intéressant chez le sexe faible – hormis peut-être un trait physique particulier – je m’étais dit que pour une fois, il me faudrait en profiter. Et oui, au vu de mon caractère, rares étaient les filles avec qui je bavardais simplement, discutant de tout et de rien comme si on avait élevé les cochons ensembles… Bon d’accord, j’avais l’habitude de m’exprimer de sorte à ce que mon interlocuteur se presse, soit d’en finir et de me laisser tranquille, soit de faire ce que je voulais et d’en finir rapidement là aussi. Ici, c’était ce que j’aurais bien voulu faire. Néanmoins, il m’était impossible de faire durer le jeu trop longtemps. Tôt ou tard, je finirais forcément par me lasser et par envoyer bouler la personne avec qui j’avais fait semblant d’être sympa jusque-là. C’était plus fort que moi. Je ne pouvais aller contre mes véritables désirs. Et techniquement, j’étais incapable de me montrer sympa…volontairement et honnêtement en tout cas.

Avec elle, il en allait de même. La seule différence, c’était que je désirais en savoir plus sur elle. Ce ne serait pas une chose facile par contre puisqu’elle semblait être deux personnes complètement différentes : l’une peureuse et pleurnicharde, l’autre audacieuse et prétentieuse. Enfin, les deux me semblaient tout aussi stupides les unes que les autres. La première avait l’air de croire que fréquenter un vampire signifiait être intouchable par les autres… Quant à la seconde, elle prétendait que ces créatures n’avaient rien de dangereux pour elle. Bref, elles avaient un point en commun malgré leurs caractères diamétralement opposés ! Décidant de la questionner pendant le trajet en direction de l’Académie qu’elle souhaitait rejoindre, j’avais décidé de commencer à l’interroger. Doucement bien entendu. Je ne tenais pas à la faire fuir ou à la brusquer. Je tenais à obtenir des réponses afin de satisfaire ma curiosité. Mais à côté de ça, j’espérais qu’elle ne serait pas trop longue à la détente. Non seulement, je n’étais pas patient de base, mais en plus, j’étais déjà légèrement tendu à cause de ma – fausse – gentillesse.

Elle était bien silencieuse depuis qu’on avait commencé à marcher. Était-ce à cause de sa crise face au sang du vampire ? Se remettait-elle du choc vécu ou y avait-il une toute autre raison à son mutisme ? Tiens, elle émettait enfin des sons ! Malheureusement pour moi, ce n’était pas ce que je voulais entendre. Loin de là d’ailleurs. Qu’est-ce que ça pouvait bien faire qu’on soit suivis ? Selon le temps durant lequel ils nous avaient suivis, il y avait de fortes chances qu’ils aient assisté ou constaté simplement le massacre effectué sur l’un des leurs. Après, tout comme les simples humains l’étaient, les vampires pouvaient se montrer suffisamment prétentieux pour croire réussir là où d’autres avaient échoué précédemment. Tant pis pour eux après tout. Personnellement, j’avais la flemme d’aller les chercher. Je continuais donc d’avancer vers ma destination. Qu’ils me suivent ou pas ne changerait strictement rien à ça. De plus, je me doutais qu’ils n’oseraient pas trop s’approcher de l’Académie. Là-bas, ils n’auraient pas que moi à craindre. Ne répondant pas à Jena, je poursuivais ma route sans me soucier de ce qu’il y avait derrière.

Elle, par contre, elle s’était arrêtée. Ah la la… Mais que cherchait-elle réellement ? Cherchait-elle à intimider nos poursuivants en montrant qu’elle savait qu’ils étaient là ? Pff… Elle pensait faire peur à qui avec sa valise… Aucun vampire ne se laisserait impressionner par elle sous prétexte qu’elle s’était arrêtée afin d’essayer de les repérer. Étant né Hunter, je les avais sentis sans trop de problème à partir du moment où ils étaient entrés sur mon territoire en quelque sorte. Et oui, j’appelais cela un territoire parce qu’à l’intérieure, aucun vampire ne pouvait m’échapper. Échapper dans le sens où je savais parfaitement qu’ils étaient là. Résultat : ils ne bénéficiaient plus de l’effet de surprise. Quoiqu’il en soit, elle avait l’air effrayée cette fois-ci. Autrement, elle ne se serait pas arrêtée d’un coup. Lorsqu’elle s’adressa de nouveau à moi, directement cette fois, je levai les yeux au ciel. Finalement, je ne l’appréciais pas du tout elle. Elle n’avait plus du tout l’air effrayée, et encore moins inquiète. Je m’étais donc forcé à me retourner pour voir l’expression qu’elle affichait sur son visage. Je ne m’étais pas trompé. Elle s’était remise à sourire. Alors qu’elle sortait son canif de sa robe pour la seconde fois ce soir, je poussai un profond soupir avant de me retourner et de reprendre ma route vers l’Académie.

« Pff… C’est pas toi qui disait que tu ne craignais pas les futiles vampires tout à l’heure ? – continuant d’avancer sans me soucier de ce qu’elle faisait, j’ajoutai d’un ton ennuyé. – Enfin, il n’y a que des rats sur ces toits. Inutile de perdre ton temps avec eux…»

Des rats. C’était bien ce que j’avais dit. Pour moi, ils ne valaient absolument rien. Le fait qu’ils attaquent à plusieurs pouvaient vouloir dire plusieurs choses. Ils étaient trop lâches pour agir en solo, ou suffisamment malins pour jouer la carte de la prudence. Dans un cas comme dans l’autre, je m’en fichais. J’avais déjà découpé un vampire en morceau pour ce soir : ça me suffisait. Je n’avais guère besoin de plus. J’étais rassasié en quelque sorte. Eux ne l’étaient pas apparemment. Tant mieux pour eux, si Jena était assez bête pour rester là à les attendre alors que je m’en allais sans la regarder, ils pourraient la vider de son sang si tel était leur désir. Certes, j’avais dit que j’assurerais sa protection durant le trajet. Le hic, c’était qu’elle s’était arrêtée contrairement à moi qui poursuivais ma route. Techniquement parlant donc, elle n’était plus dans le trajet. Je n’avais donc absolument aucune raison d’aller la secourir. Sa mort était certaine si elle ne me rejoignait pas. Que je sache, j’étais un Hunter. Elle non. J’étais né pour les éliminer. Elle était née pour leur servir de nourriture. Elle n’avait aucun avantage physique face à eux, et normalement son canif était inoffensif pour eux également. Quand bien même ce ne serait pas le cas, elle avait toujours 0% de chance de les détruire à elle seule.

« Si tu tiens vraiment à intégrer la Cross Academy, tu ferais mieux de me suivre, sinon…je doute que ta bêtise te serve à quelque chose contre ces rats.»

Oui, j’utilisais toujours le terme « rats » pour les décrire. Il faisait nuit et ces vampires se cachaient sur les toits. Il était possible qu’elle ne puisse les discerner malgré l’éclairage qu’offrait la lune. Il fallait dire, pour sa défense, que les vampires étaient plutôt doués pour se cacher et se faufiler comme des rats. Après, elle avait peut-être une bonne vue. Qui sait ? Elle pourrait me surprendre. Enfin, ça restait dommage pour elle si elle choisissait vraiment de les attaquer. Elle était si jeune. Mourir aussi tôt, c’était vraiment bête. Surtout que si elle ne s’était pas arrêtée en plein trajet, ils n’auraient pas attendu très longtemps avant de venir nous attaquer. Et là, vu qu’ils seraient venus à nous, je m’en serais occupé. Là, en l’occurrence, je n’avais pas la moindre envie de me bouger pour eux, ni même pour elle. Non seulement elle avait royalement ignoré ma question, mais en plus je n’aimais pas son audace. Elle pouvait être fière d’elle ! Elle avait réussi à me les briser…
Revenir en haut Aller en bas
Jena Lordess
Humain & Elève de la Day Class
Humain & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 46
Date d'inscription : 28/09/2011
Age : 21
Localisation : Dans les écuries
Emploi/loisirs : dessiner et étudier
Humeur : Timide et douce à la fois, ne crois pas trop aux rêves ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Jena Lordess
Armes [2 Maxi.]: Canif de dix centimètre a double lames, l'une d'elle est anti-vampire.
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Sam 31 Aoû - 14:23

Leurs regards se croisèrent, Shiro ne semblait pas du même avis qu'elle, bizarrement, il ne l'attendait pas et ne comptait même pas l'aider. Étrange, lui qui l'avait sauvé sans aucun scrupule pour le vampire, il ne daignait même pas venir l'aider. Pourquoi? C'était une excellente question. D'autant qu'il semblait n'en avoir vraiment rien a faire de ces vampires. Mais rien de chez rien a faire. Elle qui pensait qu'il allait apprécier et s'amuser un peu, c'était raté.

Jena le regarde comme un poisson rouge en voyant qu'il continuait de marcher, il l'attendait même pas en plus. C'était le pompons, elle qui s'attendait vraiment pas à ça. Elle le regarda un moment avancer avant de ce dire qu'il n'avait pas tout a fait tore sur plusieurs points.
 
  D'abord, elle craignait un peu, juste un peu... fort les vampires.

  Puis, le terme de chats ne leur convenaient pas, celui de rats bien.

  Ensuite, elle était vraiment pas de taille et il avait été bien claire là dessus. Si elle voulait arrivée a l'académie, il ne fallait pas perdre son temps et s'arrêter à tous les vampires qui arrivaient. D'autant plus qu'ils n'allaient peut-être pas être que deux ou trois, surtout la nuit. Alors a quoi s'attarder sur des parasites inutiles.

Shiro montait dans son estime, une étrange estime qu'avait Jena de ce monde qu'elle ne connaissait que trop peu. Après tout, elle venait a peine de commencer à vivre il y a quelques années. Avant elle était attachée dans une petite pièce miteuse, mais depuis que Mademoiselle Lordess l'avait sortie de là. Elle découvrait ce monde, elle apprenait la différence entre le bien et le mal, elle apprenait à lire et à écrire. Elle avait apprit tant de chose en si peu de temps, même si au début c'était difficile pour Jena de faire confiance en une vampiresse.

Ça avait commencer par une fugue, la demoiselle ignorait pourquoi la vampiresse l'avait sauvée. Se croyant encore en danger, elle avait ouvert la fenêtre pour essayer de descendre le long du mur. Jena avait finie les fesses dans un rosier, autant dire que les épines de roses n'étaient pas faite en sucre contrairement à elle à cette époque. Elle avait eut tout le visage écorché ainsi que les bras et les jambes. Elle ne savait pas quoi faire hormis se tirer de là, mais plus elle bougeait, pire c'était. Après avoir réussie à s'extirper du buisson, elle avait décidée de fuir loin de cette demeure. La peur lui serrait le ventre tendit que l'adrénaline de sa chute étouffait la douleur.

Alors que le soleil déclinait, Jena se souvient d'une chose, que les vampires vivaient la nuit. Prise de panique elle se mit à courir jusqu'à la limite du grand domaine de la vampiresse. Jen c'était arrêtée plus d'une fois pour reprendre son souffle, le manque d'exercice était plus que difficile. Mais elle avait le courage et la peur, surtout la peur de se faire attraper entrain de fuir.

Quand elle arriva à la limite, elle se retrouva nez à nez avec un immense grillage, elle leva les yeux, mais, il semblait n'avoir aucune limite. Il était juste immense. Et là, alors qu'elle s’apprêtait à grimper, Angelika l'appela, sa voie était douce et pourtant si triste.

-Mademoiselle. Ou veux-tu aller? Me fuis-tu? Moi qui me suis donnée tant de mal pour te sortir de ce manoir et des griffes de ce monstre.

Jena s'immobilisa, la peur la pétrifiait, elle se retourna sans savoir pourquoi. Tout son corps tremblait, elle tremblait jusqu'à finir par tomber au sol, détruite par la défaite de son évasion. Mais alors qu'elle perdait tout espoir, la vampiresse  lui tendit un petit objet, pas bien grand certes, mais beau. C'était un petit canif en bois à double lames. Un très bel objet. Jena le prit en la remerciant sans même le vouloir.

- Si tu as peur de moi, sache que la lame la plus sombre peu me faire du mal. Je ne veux pas que tu partes, pas maintenant, ce monde est vaste et tu t'y perdras d'une manière ou d'une autre. Laisse moi t'apprendre ce que je sais. Laisse moi t'apprendre ce don tu as besoin pour vivre et surtout, survivre.

La jeune femme releva les yeux vers la belle blonde qui s'était mise à genoux devant elle pour être moins imposante.

Imposant, voila ce que donnait la lune dans le ciel, elle imposait sa lumière. Jena rangea son petit couteau, elle ne voulait pas rester seule dans cet endroit mal famé. Sans attendre elle se dépêcha de le rattraper.

-Tu aurais peu au moins m'attendre. J'aurais fais quoi toute seule face à une bande de sang-sues?

Jena était peut-être désagréable, mais elle savait aussi se montrer comme une enfant face à un aîné, car il le devait pour elle. Une espèce de grand-frère bourru et désagréable, drôle d'idée, mais elle avait bien comprit une chose, pour vivre il fallait survivre et pour ça, il fallait savoir plus de se battre a égale avec un humain. I fallait savoir se défendre de ce qui ne l'était pas. Ce qui n'était pas vraiment son cas, mais lui, ce Shiro, il savait faire mordre la poussière à un vampire.

-Pourquoi tu voulais que je te parle de Mademoiselle Lordess?

" Si tu parles d'Angi je te fais la peau ! " La douce Jena venait de faire surface et entendre parler ainsi d'Angelika la m'était sur ses gardes.
Revenir en haut Aller en bas
Shiro Kunimitsu
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
Humain, Hunter, Elève de la Day Class & Chargé de Discipline
avatar
Masculin Messages : 196
Date d'inscription : 20/08/2012
Age : 24
Localisation : Me cherche pas !!
Emploi/loisirs : Traqueur
Humeur : Bof

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Kunimitsu Shiro
Armes [2 Maxi.]: Arès
Relations:
MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   Dim 1 Sep - 21:24

Nope, je ne l’attendais pas en effet. Je n’avais pas que ça à faire et je n’avais pas de temps à perdre. De plus, quand bien même je ne serais pas pressé, il n’était pas question que j’avance à son rythme. Il manquerait plus que j’agisse en fonction d’elle ! Ce n’était pas mon genre. Je faisais les choses à ma manière et c’était tout. Si les choses n’allaient pas dans mon sens, je m’en fichais et poursuivais ma route. Vivre en fonction des autres ? Hors de question ! La laisser mourir ne me dérangeait absolument pas non plus. Et si elle ne l’avait pas compris, elle ne tarderait pas à s’en rendre compte si elle restait là-bas à attendre les vampires qui nous traquaient. D’ailleurs, qui était vraiment leur cible ? Nous cherchaient-ils tous les deux ou visaient-ils simplement l’un d’entre nous ? N’étant pas du genre à papoter avec les vampires si je n’avais pas le droit de les découper après – en général en tout cas – je ne savais donc pas du tout si ceux-ci étaient capables de distinguer les Humains des Hunters. Une information qui me serait fort utile d’ailleurs. Le hic, c’était que je ne pouvais me résoudre à aller poser la question à un vampire. Non, je ne pouvais m’abaisser à leur demander quelque chose : il n’en était pas question !

Continuant d’avancer vers l’Académie, j’avais quand même pris la peine de lui faire remarquer sa stupidité. De plus, en lui montrant qu’elle n’avait aucune chance de survivre, sachant que je ne comptais pas m’en mêler, je lui faisais comprendre que me suivre était la seule option raisonnable. En clair, c’était moi qui menais la danse ici. Elle avait donc le choix entre suivre mes règles ou nourrir les vampires jusqu’à ce que mort s’en suive. C’était aussi simple que ça. Qu’allait-elle choisir ? Telle était la question. Elle sembla réfléchir un moment avant de prendre sa décision et d’agir. Vu que j’étais à l’affut du moindre bruit suspect, je l’entendis ranger son arme puis commencer à marcher dans ma direction. Elle n’était pas si bête que ça en fait. Malgré toute cette comédie sur le fait qu’elle ne craignait pas les vampires et qu’elle ne courrait aucun risque, elle avait fini par accepter de voir la vérité. C’était un bon point pour elle si elle était capable de changer d’avis et de réfléchir. Bientôt peut-être, elle parviendrait à se découvrir un début d’instinct de survie. Ce jour-là, elle n’aurait même plus besoin de moi pour l’accompagner à l’Académie.

Je levais les yeux au ciel en l’entendant s’exprimer. Mais de quoi me parlait-elle ? C’était elle qui s’était arrêtée pour jouer les détectives, ce n’était pas moi. De plus, si elle pensait que j’étais son garde du corps, elle se mettait le doigt dans l’œil. Je n’avais nullement l’intention d’attendre son accord pour faire quoi que ce soit, tout comme je ne comptais pas suivre son rythme à elle. Si elle désirait se caler sur le mien par contre, pas de problème. Je poussai donc un profond soupir en l’écoutant se plaindre. Ne réalisait-elle pas qu’elle s’était mise en danger toute seule ? Ne lui répondant pas, je la laissais dans son délire. Pourquoi me casser la tête après tout ? Je n’avais aucune raison valable de lui répondre. Et puis, j’avais bien compris qu’elle était trop longue à la détente pour moi. Elle mettait cinq minutes à capter quelque chose d’évident et réagissait hyper lentement… C’était ça ou alors elle m’ignorait complètement, ce qui serait limite pire. Pourquoi pire ? Et bien parce que malgré la dureté de mes propos, ce que je lui disais était important. On pourrait me reprocher mon manque de tact, mais c’était tout. Dans le fond, si elle m’écoutait vraiment, elle se rendrait compte que mes remarques valaient la peine d’être prises en compte.

Une nouvelle fois, elle s’adressa à moi comme si on avait élevé les cochons ensemble. Je n’aimais pas ça. Elle se montrait beaucoup trop familière avec moi. Et puis, j’avais été le premier à lui poser une question. Pourquoi donc lui répondrais-je alors qu’elle ne m’avait pas répondu ? Surtout que ce n’était pas exactement ce que je lui avais demandé. J’avais cherché à savoir ce qui la rendait si influente à ses yeux pour qu’elle se croie intouchable par les autres vampires. Je me fichais pas mal de sa vie, de son caractère ou du type de sang qu’elle préférait ! Puisqu’elle n’avait pas satisfait ma curiosité, je ne comptais pas satisfaire la sienne. Bien au contraire même, j’avais bien l’intention de lui faire regretter sa question.

« A ton avis ? J’ai bien compris qu’elle était un vampire. Je compte donc la traquer et la découper comme j’ai découpé l’autre tout à l’heure. Tu pourras goûter à son sang et faire une nouvelle crise de panique après. Satisfaite ? »

Je racontais n’importe quoi. Comme d’habitude en fait. Je mentais comme je respirais. Je n’en avais strictement rien à faire de cette mademoiselle Lordess. Je voulais simplement une réponse à la question que je lui avais posée. C’était la seule et unique raison. Qu’elle vive ou meure, ce n’était pas mon problème. Je n’avais nullement l’intention de la traquer, et encore moins de la tuer. Certes, si j’en avais l’occasion, je ne me retiendrais certainement pas mais bon : j’étais un Hunter. Il est dans ma nature de détruire les vampires. Néanmoins, dans l’état actuel des choses, je me fichais d’elle. Jena, elle-même, devait se douter que je n’avais aucune raison de m’en prendre à cette Lordess. Après, je trouverais amusant de la voir s’emporter parce que je menaçais de déchiqueter ce qui me semblait être son idole. Il n’y avait pas à dire, il n’y avait rien de plus dégoûtant qu’un humain qui vénérait un vampire ! Bon, c’était pas tout ça mais je n’avais toujours pas obtenu de réponse.

« En attendant, je t’avais posée une question bien précise… J’attends toujours ma réponse. »

Yep, je comptais l’avoir ma réponse. La question n’avait vraiment rien de compliqué en plus. Où était son problème ? A côté de ça, nous nous rapprochions de plus en plus de la Cross Academy, tandis que les rats se trouvant sur les toits tout à l’heure continuaient de nous suivre de loin. Vu qu’elle s’était retournée tout à l’heure dans leur direction, ils avaient décidé de ralentir un peu afin d’être sûrs de nous avoir la prochaine fois qu’ils seraient proches de nous. Tant mieux pour eux. Ils éviteraient la mort prématurée comme ça. Qu’en était-il de Jena ? S’était-elle remise de ma – fausse – menace de mort envers cette demoiselle Lordess ? Je n’en savais rien pour l’instant mais j’étais certain de le découvrir. Apparemment, elle ne semblait pas être le genre à cacher ce qu’elle ressentait : ou alors, elle n’était juste pas douée pour ça. Je commençais à me demander comment elle allait réagir d’ailleurs. Qui sait si elle ne me sortirait pas une troisième personnalité de son placard…
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand une demoiselle est en détresse [ pv: Le p'tet hunter ]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Je suis une demoiselle, je suis en détresse, et je m'en sortirai seule. Alors bon vent. [Ulrik]
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» Songe du jour : peut-être une âme en détresse [Pv Xalina]
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: RPG - La Ville :: La Périphérie-