Vampire Knight RPG
Vous êtes la/la bienvenu(e) sur ce forum RPG dédié au Manga "Vampire Knight" de la célèbre Mangaka : Hino Matsuri et qui s'en inspire.

Il reste beaucoup de personnages de la série qui sont à prendre, les personnages inventés sont les bienvenus également !

N'hésitez pas à consulter notre liste de prédéfinis !



Bienvenue dans cette école avec deux classes totalement différentes.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Je me sens suivie [PV Shin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Yuna Akiba
Co-Admin ○ Vampire Level D & Elève de la Day Class
Co-Admin ○ Vampire Level D & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 1888
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Tueuse de céréales /PAN/ 'fin Hunter quoi =p
Humeur : Un + Un = Un de moins ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Yuna Akiba
Armes [2 Maxi.]: Mon Browning et mes poignards
Relations:
MessageSujet: Je me sens suivie [PV Shin]   Lun 14 Jan - 22:32

Il y a des matins comme ça où on se retourne comme une crêpe dans son lit et on arrive quand même pas à dormir. C'est ce genre de matin où tu sens les cernes sous tes yeux, ta tête qui te fais mal. Bref, c'est le genre de matins où tu aurais besoin de rester au lit toute la journée mais où tu n'arrive pas à te rendormir. Voilà, le genre de matin que j'étais en train de vivre. Et comme la plupart du temps, ça me foutait en rogne -peu de choses ne me mettaient pas en rogne en ce moment de toute façon-.
J'ouvrais lentement les yeux, après m'être retournée une énième fois. D'abord, je ne voyais pas grand chose. J'avais beau être une vampire, je n'étais pas (encore) nyctalope au réveil ! Je tournais la tête, enfonçant un côté dans mon oreiller et allumait le...la chose qui me servait de réveil sur ma table de nuit : 4h47. Je soupirais en fermant les yeux et m'enfonçant encore plus dans mon oreiller. Même pas 6 heures de sommeil ! Quelle plaie !
Lentement, je levais mon oreiller pour le caler contre le mur puis, je faisais avancer ma tête le long de mon oreiller. Presque redressée, je m'étirais longuement, comme un chat, je baillais et je sautais du lit -enfin, presque-. Là encore, je m'étirais. Avec la démarche élégante d'une zombie qui se lève, je me dirigeais vers l'armoire, je l'ouvrais et m'arrêtais là.

-Maintenant, le choix fatidique....dis-je avec un soupir.

Fallait-il que je mette mon uniforme quotidien noir et blanc ou que je donne un peu de fantaisie à ma tenue ? J'allais ouvrir les rideaux : il faisait bien sûr nuit mais le ciel était dégagé. J'entrouvrais la fenêtre, passait une main et la refermait aussi sec. Brrrr ! Il faisait froid. En retournant vers l'armoire, le choix n'avait plus lieu. J'enfilais de longs bas noirs par dessous ma paire de bottes et mon uniforme noir et blanc manches longues. Je sortais aussi une écharpe et une paire de gants noirs.
Avec une démarche déjà plus réveillée, j'allais chercher mon pistolet et accrochais mon holster à ma cuisse. Je glissais les poignards dans leurs rangements et celui-ci alla direction ma poche. Je refermais les portes de l'armoire, regardais mon reflet, attrapais une brosse à cheveux. Je démêlais mes longueurs, formais deux torsades que j'attachais derrière ma tête avec une petite pince. J'attrapais ensuite un khôl et un rouge à lèvres bois de rose -j'adorais ce nom !- et de la poudre compacte que je mettais en premier. J'appliquais le khôl au ras de cils inférieur et supérieur et le rouge à lèvres. J'inspectais de nouveau mon reflet : bien mieux ! Moins zombie-au-saut-du-cercueil-avec-des-yeux-de-hamster-russe-albinos.
Je pus enfin sortir de ma chambre, sans destination précise. Les Night Class devaient être encore en cours, je ne devrais donc pas trop passer près d'eux. Les Day Class dormaient encore. Le matin m'appartenait. Je m'en allais alors vers la bibliothèque, seul endroit où l'on pouvait écouter le silence avec un bouquin entre les mains.
J'entrais sans un bruit, la bibliothèque était plongée dans le silence. Je me demandais même s'il y avait la bibliothécaire. Sûrement que non. Je parcourais les rayons d'une démarche traînante, laissant mes doigts courir le long des reliures bosselées. Je lisais certains titres, je sortais ceux qui m'intriguait pour lire le résumé pour feuilleter. Un rayon après l'autre, une lettre après l'autre, je me perdais littéralement dans les livres. Parfois, je m'arrêtais pour feuilleter un Shakespeare, un Poe, un poème de Baudelaire ou même l'intégrale du Horla. Un peu de frisson, une soupçon de vérité, je me sentais ici comme chez moi, comme à ma place. Je m'asseyais pour passer les pages de certains mangas, de recueils. En tirant un volume de dessin, j'imaginais quelqu'un de l'autre côté, sur l'autre rayon, tirer lui aussi un livre. Je m'imaginais nous regardant par ce minuscule trou, ce tout petit chemin qui reliait les deux rayons. Mais il n'y avait rien. Je souris :

-Tu es tellement bête ! Murmurais-je bien que le son paru retentir dans toute la bibliothèque.

Je m'asseyais par terre, en tailleur, pour parcourir le livre. Il fallait bien que je parfaire ma technique de dessin n'est-ce pas ? Dessiner me demandais de nombreux efforts depuis la mort d'Ookami-sensei. Les seuls que j'arrivais à dessiner étaient des petits loups dans les coins de mes feuilles mais même eux semblaient juste se moquer de moi. Comment jeter sur papier tout ce que je ressentais sans mes dessins. Je me sentais plus vide que jamais -même si j'étais déjà vide habituellement- lorsque je ne dessinais pas. Comme si il manquait la parole à quelqu'un, comme si ce n'était pas normal que je ne dessine pas. Je ne sais pas comment cette passion s'était déclarée, c'était peut-être d'ailleurs une maladie. Mais j'avais besoin de dessiner. En parcourant les pages, je sentais cette impression en moi : j'avais besoin de dessiner. J'hésitais à me lever et rejoindre une table pour dessiner. Je levais les yeux chercher des yeux des feuilles et un crayon, d'où j'étais je ne voyais pas loin malheureusement. Je préférais pourtant ne pas me lever. Je continuais à lire, reposais finalement le livre sur son étagère et empruntais un autre livre juste à côté, la suite peut-être c'était en tout cas également un livre de dessin. Qu'avais-je envie de dessiner ce matin ? Un loup ? Un arbre ? Un chien ? Un cheval ? Un dragon ? Des choses bizarres ? Pour l'instant, quelqu'un ou quelque chose de différent, de plus difficile. Je me mordis le coin de la lèvre avec un demi sourire. Hop hop, révisons la technique, j'avais à peu près le sujet !

_________________

 

 

« I am selfish, I am brave,I'll prove to you that I am not afraid »

AKIBA Yuna
Vampire level D & Hunter
Associale à temps partiel
Exécrable en CDI

<---Passe la souris sur l'image =p

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://cherry-blossom.forumgratuit.org/
Shin Taiyo
Vampire Level B, Esclave & Elève de la Night Class
Vampire Level B, Esclave & Elève de la Night Class
avatar
Masculin Messages : 82
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans un arbre
Emploi/loisirs : Sieste
Humeur : Mmh?
MessageSujet: Re: Je me sens suivie [PV Shin]   Sam 17 Aoû - 1:24

Réveillé depuis plusieurs heures, il n’en restait pas moins exténué.

Shin demeurait pensif devant sa fenêtre. Son maître ne s’était pas manifesté depuis plusieurs jours, que ce soit pour ordonner une nouvelle tâche à son esclave, ou encore le mettre au courant d’un plan d’action futur. Le chef Taiyo manquait d’inspiration, et de ce fait, notre vampire ne trouvait aucun amusement à son séjour. Las de jouer la comédie avec les autres vampires, qu’ils soient puissants ou pitoyables. Rien ne venait le perturber, hormis l’ennui. Si une chose pouvait, dans sa mission, lui être divertissant, c’était les cours, en plus des rares personnes qui captaient son attention. Mais surtout les cours. Ceux que chacun trouve ennuyeux en temps normal. Il se trouve, que n’ayant reçu aucune réelle éducation en faculté ou autre, ces enseignements qui complétaient ceux de son défunt maître, l’intéressaient au plus haut point. Il avait apprit de nombreuses choses tout au long de sa vie, et les nombreux sujets qu’ils ne maîtrisait pas, ou même ne connaissait pas, par manque de ressources souvent (ou surtout de motivation…), lui donnait une  raison de plus de s’instruire. C’est-ce qui l’avait poussé à emprunter cet ouvrage d’astronomie. La curiosité. Ce n’est pas pour autant qu’il en savait plus. Conscient que, chaque nuit, un ciel différent recouvre la Terre, les étoiles ne se retrouvent jamais à la même place, un novice tel que lui ne pourrait pas se contenter de la théorie d’un manuel. L’observation n’était cependant pas à l’ordre du jour.

Alors qu’il aurait du se préparer à aller en cours, il se sentit entraîné par la gravité. La faim n’était pas la cause de sa faiblesse, son dernier repas datait de 6 bonnes heures. Plongeant la main dans la poche de son pantalon, il en tira sa montre à gousset qu‘il rangeait d‘ordinaire dans une poche intérieure de sa veste. D’une main habile, il l’ouvrit, laissant découvrir quelques blood tablets. Il ne pu se résoudre à en avaler, que ce soit dans de l’eau, ou dans un autre leurre, le goût resterait rouillé et insipide, et, il le savait. Qui, de sensé, s’étant déjà s’abreuver de sang, se résoudrait à avaler ce substitut?

Personne. Et si Shin pouvait se vanter, dans son statut de serviteur du clan Taiyo de quelque chose, c’était d’être sensé. La plupart du temps.

L’heure des cours sonnait. Mais il ne voulait pas, ni ne pouvait, quitter sa chambre ce soir. Il attendait. Observant le ciel nuageux. Cette brume naissante s’éparpillait. Peu à peu, on pouvait apercevoir le ciel nocturne, dans quelques heures, il aurait pu parier que le ciel serait complètement dégagé, et qu’une belle journée serait annoncé pour le lendemain. Mais à quoi bon, seul un humain pourrait se réjouir du soleil. Un stupide humain naïf qui un jour suppliera le soleil de se montrer, tandis qu‘un autre, le maudira. Bien que Shin puise, comme chaque membre de son clan qui se respecte, sa force de cet astre…  Il ne reste qu’un enfant face à sa puissance. Il est voué à courber l’échine face à sa volonté suprême. Il ne peut lutter autant qu’un autre. Ce sont peut-être ses longues siestes en pleines journées qui lui vaut cette baisse de vigueur?

Il ne pouvait pas être malade. Voyez, c’est inconcevable et même risible. Un vampire, malade? Comment un mort pourrait-il être malade, je vous le demande?

Soit, il boutonna enfin la chemise blanche en coton qu’il avait revêtit après sa douche, laissant les boutons du col ouvert. Non pour laisser entrevoir ses clavicules ou son torse, mais parce qu’il avait une impression désagréable d’étouffer. Il avait gardé son pantalon noir de la veille, ses habits de ville étaient encore propres, et il ne se sentait pas la force de les troquer contre l’uniforme seyant et étouffant de la night class.
Cette nuit, il ferait quelque chose de différent. C’est dans cette optique qu’il se dirigea vers la bibliothèque. N’oubliant pas de prendre sous la main le bouquin d’astronomie qu’il devait rendre bien qu’il n’ait jamais signaler son emprunt..

Entrant dans la pièce obscure à l‘odeur renfermée de papier, cependant très agréable, il se sentit déjà un peu mieux. Il avait peut-être seulement besoin de prendre du recul par rapport à son quotidien?
Il parcourut les rayons, à la recherche de l’emplacement d’origine. Il s’arrêta pour feuilleter un livre qui venait d’arriver, un roman de Bram Stoker. Quelques pages lui suffirent avant qu’il ne le repose.


-Pourquoi les humains sont-ils autant intéressés par quelque chose qui les dépasse complètement…? Il faut croire que la bêtise humaine perdurera indéfiniment... s'exclama-t-il consterné.

Il fit quelques pas avant d’être pris d’une migraine qui le fit tomber à terre. Ce n’était pas dans ses habitudes d’avoir des vertiges et de se sentir aussi faible. Assis contre l’un des rayons, il laissa sa tête retomber en arrière. Fermant les yeux, il retrouva une respiration régulière, qui lui permit de plonger dans un sommeil profond.
Rouvrant doucement ses paupières, il ne prit que quelques minutes avant de se réveiller complètement, comme s’il n’avait jamais dormi. Cette sieste l’avait requinqué, même s’il était encore plus pâle que d’ordinaire (chose difficile, très difficile à faire), il se sentait beaucoup mieux. Ses cheveux trahissaient son endormissement improvisé, quelques mèches étaient en bataille, s’entremêlaient, mais il n’en avait cure, il ne croiserait personne aujourd’hui. Il le cru jusqu’au moment où il entendit la grande porte s’ouvrir et se refermer.

Mettant ses sens en alerte, il effaça encore plus sa présence, se levant doucement sans bruit et se rapprochant de l‘ombre formée par les hauts rayons. Jetant un œil sur sa montre à gousset; 4h59. Les cours n’étaient pas encore totalement achevés. Ses membres étaient courbaturés, les risques d’une mauvaise position gardée pendant longtemps. Le revers de la médaille si l’on peut dire ainsi.
L’odeur qui infiltra la pièce, il la connaissait. Ce subtil parfum lui était familier. Il lui fallait toutefois vérifier. Il sentait sa chaleur de l’autre côté du rayon, et avançait au même rythme. Doucement. Alors qu’elle tirait un livre, il se rangea rapidement afin de ne pas se faire repérer.


-Tu es tellement bête !

Il se raidit. L’avait-elle aperçu? Ou bien se parlait-elle à elle? Le son de sa voix murmurée au doux timbre se répandit dans toute la salle. Alors qu’elle s’installait, vaquant à ses occupations, Shin contourna le rayon dans lequel il s’était caché plus tôt pour l’observer.
Il aimait observer les gens, comme s’il pouvait scruter le plus profondément l’âme d’une personne. C’était par l’observation qu’il se délectait le plus souvent, les actions jouaient pour beaucoup, mais torturer une personne, vous comme moi, savons, que ce sont d’abord les yeux qui jouissent d’un plaisir extrême. Enfin, il n’était pas question d’un quelconque repas ou jeu dans le cas présent. Uniquement une observation ouverte, sans aucune intention définie.

Mlle Akiba, portait son uniforme noir et blanc à manches longues, une écharpe entourait son cou et une paire de gants de couleur noir habillait ses fines mains. De longs bas noirs recouvraient ses jambes tandis qu’elle portait, comme il l’avait souvent vu, sa paire de botte. Sa coiffure était différente de la dernière fois où il avait croisé son chemin, bien qu’elle fut une hunter, une vampire ou que sais-je encore… Elle prenait toujours soin d’elle, laissant ressortir malgré tout une féminité qui lui seyait bien, tant elle était naturelle. Son maquillage léger était toujours plaisant à l’œil, à son œil et à bien d’autres. Pourquoi avait-il déjà pensé, pourquoi lui prenait-il l’envie de faire de Yuna sa captive? Son jouet? Elle l’avait divertie à de nombreuses reprises, à l’aide de sa témérité et même parfois, de son innocence.

Elle était devenue une personne importante dans la vie du vampire, bien qu’il avait déjà pensé planter ses crocs dans son cou laiteux plus d‘une fois, il ne l’avait jamais fait. C’est peut-être cela qui l’intriguait le plus. Sa propre réaction face à une créature qu’il jugeait pourtant exécrable.

Il s’avança de nouveau lentement, sans bruit. Se posta près d’elle, se demandant ce qu’elle pouvait bien être en train de faire. Il n’engagea pas la conversation, se contentant de laisser voguer son regard où bon lui semblait. Les mains derrière le dos, le visage orienté vers le bas, il restait droit, ses yeux seuls mouvaient, ses yeux réfléchissants une couleur pourpre profonde.
Revenir en haut Aller en bas
Yuna Akiba
Co-Admin ○ Vampire Level D & Elève de la Day Class
Co-Admin ○ Vampire Level D & Elève de la Day Class
avatar
Féminin Messages : 1888
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 21
Emploi/loisirs : Tueuse de céréales /PAN/ 'fin Hunter quoi =p
Humeur : Un + Un = Un de moins ♪

En savoir plus ?
Nom & Prénom: Yuna Akiba
Armes [2 Maxi.]: Mon Browning et mes poignards
Relations:
MessageSujet: Re: Je me sens suivie [PV Shin]   Lun 1 Sep - 12:11

Je redessinais avec mon doigt les contours des croquis d'animaux et de paysages que j'étudiais, évitant soigneusement les pages avec des portraits, je me sentais encore incapable de dessiner des être humains. Ookami-san me hantait encore et il m'arrivait de devoir sécher les cours de la remplaçante car me tenir à la même place, entendre le même genre de cours sans avoir une chance de voir Ookami-san était trop douloureux pour moi. Je pensais réellement avoir l'habitude de voir des gens mourir autour de moi. Mais on ne s'y habitue jamais ! Comment pourrait-on ? Et moi qui avait décidé de ne laisser personne m'approcher pour ne pas reproduire les mêmes schémas qu'avant. Kairi avait beau me répéter que je n'y étais pour rien, ce n'était pas si facile ! Il m'était impossible de ne pas me sentir coupable ! La coïncidence était trop grosse ! Je lui parle de moi et quoi, quelques semaines après, elle meurt. Comment ne pas se sentir coupable ? Je sème la mort comme le Petit Poucet laisse ses miettes de pain, le problème c'est que mes miettes à moi sont empoisonnées et maudites au cas où.
J'avais la gorge sèche de repenser à ça. En secouant un peu la tête, je tournais la page et lisait les conseils pour dessiner un paysage. Je devrais bientôt aller chercher crayon et feuille pour organiser la scène qui se déroulait dans ma tête. Peut-être faire une petite bande dessinée en quatre cases pour pouvoir disposer mes personnages. Je souris à cette éclair de génie. Peut-être que je pourrais désormais fonctionner uniquement par BD pour raconter des histoires sans détour. Faire des sortes de comic strip imageant la vie des vampires par un renard flamboyant, un lion feignant ou une fourbe panthère.
Satisfaite de mon idée, je décidais qu'il était l'heure de la mettre en oeuvre. Lorsque je me levais d'un bond, bien décidée à aller chercher mon cahier de dessin dans ma chambre, je sentis quelque chose dans mon dos. Pendant un moment, je me dis que ce n'était qu'un rayonnage qui, du fait de ma remonter rapide du sol, me semblait avoir bougé. Ça t'apprendra à faire des mouvements brusques. J'avais beau récupérer mes sens plus vite que les humains, un tel petit étourdissement était agaçant. Mais le problème c'est que le rayonnage derrière moi, sans dégager aucune chaleur ne semblait pas abriter des livres mais être recouvert de doux vêtements un peu comme de la mousseline peut-être.
Je me retournais comme un ouragan et aperçu une chemise blanche. Je reculais d'un pas pour mettre un peu de distance entre nous. Et là je compris. Ne pas l'avoir entendu arriver, ne pas l'entendre respirer ou aucun changement de température autour de son corps; c'était un vampire. Doucement, mes yeux remontèrent vers le visage du suceur de sang et je fus encore aussi surprise qu'il est possible de l'être avec un livre de dessin devant le visage.

-Vous ? Sifflais-je entre mes dents.

Erreur de débutante Yuna ! Tu devrais savoir pourtant qu'être constamment sur ses gardes et le moyen de survivre le plus longtemps, me sermonnais-je. Seul point positif, comme toujours, j'avais mes armes avec moi.
En face de moi, le vampire ne bougeait pas. Ses cheveux noirs venaient encadrer son visage pâle et intensifiaient la couleur écarlate de ses yeux. Il n'affichait cette expression de supériorité physique ce matin. Il n'esquissait même pas le moindre sourire sardonique comme les fois précédentes. Sa chemise n'était pas remontée jusqu'en haut. Il aurait bien eu du mal, il avait boutonné lundi avec dimanche ! Et il ne portait pas son éternelle veste noire et sa cravate. Il semblait comme au saut du lit. Bizarrement, c'était un poil rassurant de voir que les vampires n'étaient pas physiquement parfaits au saut du lit et qu'ils mettaient un peu de temps à entretenir leur apparence irréprochable. Hallelujah ! Parce que si un détail me rendait folle le matin, c'était l'épreuve du miroir. J'avais c'est vrai peut-être vu trop de films où les filles se réveillent sans les cheveux emmêlés ou sans yeux de panda ou sans le pyjama qui souhaite s'enfuir. Honnêtement, c'était plus appréciable de voir un vampire complètement débraillé, il paraissait plus réel -plus vivant ne se disant pas dans son cas. Shin Taiyo, serviteur du clan complètement cramé. Le vampire qui se jouait de moi à chacune de nos rencontres se trouvait juste devant moi.

-Manque de sommeil ? Demandais-je sarcastiquement, essayant pourtant d'insuffler un peu d'innocence dans ma voix.

Je n'allais pas lui jeter la pierre quant aux cours, il m'avait déjà fait comprendre que les cours et lui, ils n'étaient pas vraiment potes dans le genre ''je te fuis, tu me suis, je te suis, tu me fuis''. Et de mon côté, sans sécher vraiment, je n'était pas la plus studieuse des élèves, dessinant ou regardant par la fenêtre tout du long. Je ne m'imaginais pas lui faire leçon sur ça. Premièrement, c'était pas mon job et deuxièmement, j'étais bien la plus mal placée -en tant que Hunter, que Day Class, en tant que moi-même en fait.
Mais, c'était bientôt l'heure pour la Night Class de rentrer dormir et lui, trainait dans la bibliothèque. Et là, je commençais à réaliser. Avait-il été là avant moi ? M'avait-il entendu me parler et m'imaginer des scènes tout droit sorties de films à l'eau de rose ? Depuis combien de temps était-il derrière moi avant que je ne me lève et le remarque ? Et, je restais bloqué sur ça. Si ça se trouve, il m'observait depuis plusieurs dizaines de minutes sans que je m'en rende compte. Je me sentis bouillir de l'intérieur. De honte d'abord, je me décontractais quand j'étais seule, laissant presque l'impression d'être en paix. Je ne voulais pas que quelqu'un me voit comme ça. Il fallait que les gens me craignent, qu'ils me haïssent. Mais ça ne concernait pas que les humains ça ? Je ne m'étais jamais la question car il était simple alors que je ne frayerais jamais, au grand jamais avec des vampires. Après un instant de réflexion, j'en arrivais à la conclusion que les vampires aussi feraient mieux de me craindre ou de me haïr. Lorsque c'est réciproque, c'est toujours beaucoup plus facile !
Ensuite, c'est la colère qui envahit mes veines, brûlant tout sur son passage. Je ne l'avais pas remarqué, j'étais tellement perdue dans mes pensées que je n'avais rien senti. Il allait falloir que je m'entraine plus sérieusement pour ne plus me faire piéger ainsi. Et si cela avait était un vampire qui voulait me voir morte et bien je le serais en ce moment à ces pieds.

Imbécile ! Imprudente ! M'admonestais-je en silence.

_________________

 

 

« I am selfish, I am brave,I'll prove to you that I am not afraid »

AKIBA Yuna
Vampire level D & Hunter
Associale à temps partiel
Exécrable en CDI

<---Passe la souris sur l'image =p

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
http://cherry-blossom.forumgratuit.org/
Shin Taiyo
Vampire Level B, Esclave & Elève de la Night Class
Vampire Level B, Esclave & Elève de la Night Class
avatar
Masculin Messages : 82
Date d'inscription : 25/08/2011
Age : 23
Localisation : Dans un arbre
Emploi/loisirs : Sieste
Humeur : Mmh?
MessageSujet: Re: Je me sens suivie [PV Shin]   Mar 16 Fév - 18:25

Mlle Akiba était une fille intéressante. Sa beauté était pure et innocente, et le fait qu'elle soit éphémère y jouait également pour beaucoup. Oui son odeur ne pouvait lui mentir, elle était un level D. Comment une fille se sachant dans cette situation pouvait continuer à se battre? Pourquoi tant de futilité quand il suffirait d'embrasser la mort et de s'enfouir dans ses bras langoureux et grands ouverts? Incompréhensible, mais charmant.

D'un œil curieux, Shin observait ses gestes. Elle semblait étudier le dessin, à vrai dire elle redessinait chaque contour de croquis d'animaux et de pays avec son simple doigt.  Qu'est-ce que cela pourrait bien donner de le faire réellement avec un crayon à la place, mh? Etait-elle douée? L'astronomie n'était donc pas son seul point fort...? Elle semblait éviter de s'attarder sur les portraits d'humains, bien que la raison échappa au vampire. Peut-être n'aimait-elle tout simplement pas avoir à dessiner ses congénères, ou bien n'était-elle pas douée, Mais dans ce cas, le mieux ne serait-il pas de pratiquer encore plus pour combler cette lacune? Il voulu secouer la tête pour faire disparaître ces réflexions inutiles mais il la vit le faire, il considéra donc qu'elle l'avait fait pour eux deux. Quelle fille étrange... A présent c'était un sourire qui comblait son visage. Tiens.. La température de la salle se réchauffait?

En un instant, l'agile hunter s'était relevée, un geste tellement impulsif qu'il avait été impossible à Shin de l'anticiper et qu'elle fut appuyée proche de lui contre son torse. Ses sens devaient être endormis pour ne pas qu'elle l'ait remarqué malgré la maîtrise dont elle faisait part au combat. Il faut dire que le vampire avait tout fait pour être discret, et que c'était sa spécialité. Son petit jouet prit au dépourvue n'en était que plus appréciable.

Bouger? Oui il aurait pu, mais il se sentait réellement fatigué pour un tel effort. De fait, le contact ne le gênait pas autant que d'habitude. Son odeur suave lui rappelait de bons souvenirs, notamment une douce soirée dans laquelle ils avaient pu ensemble faire rapprocher leurs corps. En tout bien tout honneur évidemment, ces souvenirs ne contenaient aucunement d'érotisme. Ou peut-être un peu. Ne dit-on pas que les talons représentent... Il s'égarait. Elle lui fit reprendre ses esprits en se retournant telle une furie tandis que Shin demeurait à la regarder sans prétention le temps qu'il fallait à la brune pour le reconnaître. Il est vrai qu'il n'était pas comme d'habitude. La température semblait vraiment avoir augmenter, il se surpris à sentir sa poitrine compressée par cette vague de chaleur. Cette sensation ne lui était pas étrangère mais il voulait éviter d'y penser.

Elle avait finalement reconnu le serviteur des Taiyo, et lui demanda d'une manière sarcastique s'il manquait de sommeil. A vrai dire, elle n'avait pas tort, et ce ton joueur lui plaisait assez. Il avait dû s'habituer à elle. Ce n'était pas bon signe de s'habituer à une classe inférieure. Son petit jouet avait une durée de vie limité, donc il fallait qu'il profite de toutes les fonctionnalités qu'il avait à offrir, non?


-Je pourrais vous retourner le compliment. Mais oui, mes rêves sont habités par l'ombre dansante d'une brune ravissante et il m'est alors impossible de trouver le repos. Afficha-t-il d'un air à demi-sérieux.

Remarquant à l'aide du regard de l'hunter que sa chemise était mal boutonnée et que c'était cet air débraillé qui l'avait éclairé sur sa fatigue, il entreprit de défaire chaque bouton un à un, sans se préoccuper de Yuna qui était toujours dans cette salle. Il n'était pas pudique, les vampires peuvent se vanter d'avoir un corps sculpté, et son entraînement quotidien lui valait d'avoir un corps finement musclé qui ne sautait pas au premier regard par le camouflage habile des vêtements. Sa force n'était pas seulement inné, il avait veillée à ce qu'elle lui soit également acquise.

-Je te propose une trêve te permettant de ranger tes crocs pour cette fois Lady. Je ne suis vraiment pas en état de jouer.

C'était dit, il le sentait, il était faible. Chose qui ne lui était pas arrivé depuis longtemps. Ses forces l'abandonnaient peu à peu, bien que plus résistant que les humains face à leurs faiblesses, la fièvre qui se faisait sentir le perturbait autant par son aspect inhabituel que par le fait qu'il ne supportait pas d'être malade. La fois où il avait manqué de se noyer, il en était ressorti avec une violente fièvre, depuis, lorsqu'il se sentait malade, il était réduit à un état en dessous du pitoyable qu'il ne supportait vraiment pas. Il lui fallait regagner sa chambre au plus vite et limiter les dégâts qu'il ferait sur son état mental si d'autres personnes venaient à le voir ainsi.

-M'aiderais-tu... à ranger ce livre?

Fini-t-il par dire, remarquant qu'il en oubliait son habitude de vouvoiement, trop désorienté pour se rappeler, ou chercher à le faire, d'où il l'avait emprunté la première fois. Il lui tendit de sa main droite le petit ouvrage sur les étoiles qu'il avait parcouru avec attention les dernières matinées. De sa main gauche, il passa ses doigts entre ses cheveux essayant de compenser la douleur avec ce geste anodin. En vain.

Non, trop de stimulations. Les souvenirs qui remontaient. Le sol semblait à présent instable, autant que son état l'était. Les environs devinrent flous, et sans entendre ce que Yuna pourrait lui répondre tant le bourdonnement dans ses oreilles se rapprochait, il se sentit s'écrouler en avant, sans pouvoir être assez conscient pour sentir l'impact de son corps tombant inerte dans la bibliothèque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Je me sens suivie [PV Shin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Je me sens suivie [PV Shin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Compte de Kairo Shin
» Le début d'un amour... à sens unique ! [ PV Anna ]
» SOS RPG[à sens unique]
» Shin Alkar
» Wanted, renom de Shin Alkar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Vampire Knight RPG :: RPG - Académie Cross :: Bâtiment Principal :: Bibliothèque-